« Soyez donc résolus à ne plus servir et vous serez libres. » Étienne de la Boétie dans "la servitude volontaire" ou "Contr’Un" 1549.
Sourate 9, verset 29 «Combattez ceux qui ne croient ni en Allah ni au Jour dernier, qui n’interdisent pas ce qu’Allah et Son messager ont interdit et qui ne professent pas la religion de la vérité, parmi ceux qui ont reçu le Livre, jusqu’à ce qu’ils versent la capitation par leurs propres mains, après s’être humiliés»
Sourate 60, verset 4 :"Entre vous et nous, l'inimitié et la haine sont à jamais déclarées jusqu'à ce que vous croyiez en Allah, seul"
3,28 : « Que les croyants ne prennent pas, pour alliés, des infidèles, au lieu de croyants. Quiconque le fait contredit la religion d’Allah, à moins que vous ne cherchiez à vous protéger d’eux » fondement de la taqqya. ou bien Sourate 5, Al-Mâ’idah, La Table servie, verset 51 :« Ô les croyants ! Ne prenez pas pour amis les Juifs et les Chrétiens ; ils sont les amis les uns des autres. Et celui d’entre vous qui les prend pour amis devient un des leurs. Allah ne guide certes pas les gens injustes »
Sourate 47 verset 4 : "Lorsque vous rencontrez (au combat) ceux qui ont mécru frappez-en les cous. Puis, quand vous les avez dominés, enchaînez-les solidement. Ensuite, c'est soit la libération gratuite, soit la rançon, jusqu'à ce que la guerre dépose ses fardeaux. Il en est ainsi, car si Allah voulait, Il se vengerait Lui-même contre eux, mais c'est pour vous éprouver les uns par les autres. Et ceux qui seront tués dans le chemin d'Allah, Il ne rendra jamais vaines leurs actions."
Nul ne peut rester indifférent devant la propagation, sous prétexte religieux, du pire système social ! Si on combat l'esclavage, la soumission des femmes, la peine de mort, les châtiments physiques cruels et mortels, l'interdiction de l'homosexualité, etc. on combat l'islam!

Il ne faut jamais nier à l’ennemi la capacité à être plus intelligent que soi"

lundi 31 mai 2010

Frequentation de ce blog du 16/11/2009 au 30/05/10

Du 16 novembre car il s'agit de la date de reprise d'activité du Blog-master après son accident jusqu'à la dernière stat disponible par Google Analytics :

  8049 visites, 3426 visiteurs,
vendredi 5 février le plus haut 193 visites, samedi 22 mai le plus bas 16 visites

vendredi 28 mai 2010

Bienvenue dans le monde des Bisounours

Sous le titre "Peur sur le quartier" Presse Océan aborde le problème d'un quartier pourtant apparemment tranquille qui doit supporter le règne d'une petite bande qui s'en considère le maitre
http://www.saint-nazaire.maville.com/actu/actudet_-Peur-sur-le-quartier-_loc-1389687_actu.Htm

Quelle est la réponse des pouvoirs publics représentés par la mairie ?
« réinstaurer le dialogue entre les parties. »
Cela serait compréhensible s'il s'agissait d'un classique conflit de voisinage sur l'usage des lieux, etc. mais ce n'est pas le cas.
Le refus de voir qu'il s'agit d'une bande de prédateurs en train d'établir son pouvoir par des violences sur les biens et les personnes et des représailles en cas de tentative de les dénoncer est dramatique ; les habitants qui le peuvent, comprenant qu'ils sont abandonnés à la merci de leurs bourreaux, vont quitter progressivement le quartier selon un processus bien connu et qui est déjà à l'œuvre dans notre ville. Les autres devront supporter humiliations, prédations et dégradations de leur biens et environnements.
Malheureusement, il n' y a pas que la gauche pour ignorer les phénomènes collectifs en cours d'installation dans notre commune comme cela l'est déjà ailleurs en France.
L'incapacité à admettre la réalité n'est pas son apanage!
Félicitons Presse Océan d'avoir le courage d'en parler.

jeudi 27 mai 2010

Retour sur le stationnement payant

Mon article dans le prochain bulletin municipal :


De l'emploi public territorial à celui d'état, des banques aux avocats, des architectes aux assureurs, des Kinés aux médecins, etc. notre centre-ville est une zone d'emploi, donc de stationnement.
Il doit rester ou redevenir un lieu de concentration de l'offre de services privés ou de biens seul susceptible de le faire vivre avec l'augmentation du nombre de résidents qui y viendront d'autant plus qu'ils y trouveront une offre de qualité.
Aujourd'hui des salariés extérieurs à notre ville, mais y travaillant, inquiets pour leurs places le matin et incapables d'en trouver une nouvelle le soir, fréquentent des centres périphériques ou extérieurs là même ou l'offre de notre centre est meilleur.
Une ville sans stationnement géré est une ville qui décline !
La gestion du stationnement passe par le paiement du droit d'utiliser la voirie publique ; la zone bleue ne permet pas une gestion aussi efficace.

Mais n'est-il pas déjà trop tard pour notre centre-ville ?
Le comportement des chalands automobilistes ne se modifiera qu'autant que l'offre commerciale s'améliorera dans un environnement lui aussi revitalisé ! Le haut de l'avenue de la République, entre la mairie et la rue de la paix et jusqu'au Paquebot doit redevenir attirant !

Si certains ont été élus au nom de la décroissance et du déclin des consommations, ce n'est pas mon cas.
La revitalisation de notre centre était l'un des éléments du programme de la liste que je dirigeais à la dernière élection municipale : je ne peux qu'approuver ce qui y contribue, même si cela est insuffisant !


J.L. Garnier

jeudi 20 mai 2010

Bâtir et loger

"la ville a décidé de lever le pied sur le rythme des projets." lit-on dans Ouest France du 19 mai 2010 sous la plume de Cyrille Pitois qui rapporte un entretien avec David Samzun adjoint en charge de la question.

Je dois avouer mon extrême étonnement ; lors des discussions préparatoires au PLU et lors de son adoption, il nous avait été expliqué exactement le contraire ; ce que nous n'avions aucune peine à croire puisque nous avions démontré pendant la campagne de la municipale de 2008 la pénurie de construction qui marquait l'ère Batteux.
C'est d'ailleurs la raison de notre vote positif lors du premier vote du PLU, le second n'ayant pu l'être du fait de dissensions internes à notre groupe.
Qu'est ce qui justifie ce changement d'orientation, si changement  il y a ?
Tout les types de logements sont-ils visés ou seulement certaines catégories ?
L'explication donnée, curieusement, ne reproche rien au gouvernement ( baisse éventuel des recettes des Collectivités territoriales) ou à la crise.
Il est question du risque d'une offre supérieur à la demande ; ce type de situation devrait se traduire par une baisse des couts de transactions spécialement sur le foncier dont tout au contraire la ville devrait se réjouir !? Elle serait donc bienvenue. D'autant que les importantes surfaces qui ont fait l'objet de mesures conservatoires lors du conseil du 7 mai devrait renforcer ce phénomène.
Par ailleurs, on nous a expliqué, chiffres de l'INSEE à l'appui que nous devrions subir une demande croissante.
Des explications complémentaires de M.David Samzun sont nécessaires ; il est le bienvenu sur ce blog pour les donner.

Histoire d'O

Lorsque paru, en 1954, le roman érotique et pornographique de Pauline Réage, la rumeur s'empara de la prude société française d'alors, bien au delà du contenu même du roman.
La rumeur a failli s'emparer de notre ville à la suite des affirmations d'une émission diffusée sur FR3 lundi soir ; L'eau distribuée par les services de notre communauté aurait contenu des quantités fantastiques d'un poison dangereux : l'aluminium.
Bien entendu, il n'en est rien ; l'eau est l'un des biens dont la qualité est la plus surveillée. Le rôle, évoquée par la rumeur, de l'aluminium dans certaines maladies n'est pas établie. ( La présence sous quelques formes que ce soit des métaux dans l'eau est définie par des seuils de concentration à ne pas dépasser, très inférieur à ceux du danger pour l'homme.)

La manière la plus simple, aujourd'hui de s'assurer audience ou subventions, voire suffrages, c'est à dire, au fonds, de faire marcher son petit commerce, est de dénoncer des dangers imaginaires dans le domaine environnemental en évitant soigneusement toute confrontation au réel, toutes mesures ou observations indiscutables.

La peur est devenu l'instrument d'une clique environnementaliste pour contrôler la liberté et les choix de l'homme!

Contre la stupidité…
Les dieux eux-mêmes…
Luttent en vain.
Isaac Asimov
 

lundi 17 mai 2010

Enrichissement des serres au CO2

L’air et la lumière contribuent à la croissance des végétaux. La concentration en CO2 dans l’air ambiant est l’un des facteurs clés de la photosynthèse. Son enrichissement dans l’atmosphère est un atout majeur pour augmenter la productivité de la serre.

Principe de la photosynthèse

C’est un processus bio-énergétique qui permet aux plantes de synthétiser leur matière organique en exploitant l’énergie solaire. Les besoins nutritifs de la plante sont le dioxyde de carbone de l'air, l'eau et les minéraux du sol. Pendant la nuit, la photosynthèse est suspendue, mais la plante respire de manière continue le jour et la nuit.

Le procédé d’enrichissement au CO2

La concentration en CO2 dans l’air ambiant est l’un des facteurs clés de la photosynthèse, L’enrichissement de l’atmosphère de la serre à deux objectifs :....................

Aligal Flora

Augmenter la teneur en CO2 (généralement inférieure à celle de l’atmosphère) permet d’optimiser le rendement de la photosynthèse…et d’augmenter la productivité de la serre ! Que vous produisiez des légumes, des plantes vertes, plantes en vase ou des fleurs, Air Liquide a développé une offre qui permet d’améliorer sensiblement les performances de votre serre.
  • Croissance optimisée des végétaux
  • Installation simple et facile d'entretien (deux systèmes de distribution)
  • Maîtrise parfaite de la teneur en CO2 dans la serre (plusieurs modes de régulation)
 Le texte complet est disponible sur le site d'AIR Liquide  ici

jeudi 13 mai 2010

Erika suite

Le président départemental du parti radical, mon ami Jean-Luc Lebrigand, a eu la gentillesse de me transmettre la lettre que le cabinet Hugo et Lepage a envoyé à ses clients après la décision de la cour d'appel de Paris ; vous en trouverez l'essentiel ici :  http://pagesperso-orange.fr/SNAlternance/

L'avoir lue avec attention me conforte dans le jugement que j'ai exprimé en conseil municipal :
la condamnation pénale pour faute de négligence est une victoire essentielle.
la question de la reconnaissance du dommage écologique en est une seconde. Il nous faut espérer que la Cassation ne reviendra pas sur ces 2 progrés.

Le recours est provoqué par une insatisfaction : seuls sont solidairement condamnés, le propriétaire du Bateau, son gestionnaire et la société de classification chargée de confirmer à tous qu'il flottait normalement ce qui s'est révélé inexact !
La société Total est exemptée de cette solidarité dans le paiement des dommages du fait des conventions internationales.
Or les 3 solidaires seraient plus ou moins notoirement insolvables ce qui rendraient très aléatoires la perception des dommages par les victimes.
Cela signifie aussi que les procédures d'exécution, blocage des comptes bancaires, etc. vont entraîner à terme la faillite des ces sociétés ou entreprises ou tout du moins les mettre en difficulté.
Cette condamnation à mort, si elle est exécutée, et la condamnation pénale des dirigeants, y inclus, un cadre de Total, sont, me semble-t-il, de nature à entraîner un peu de réflexion à l'avenir chez ces acteurs, ce qui était, si j'ai bien compris, un but des poursuites.

Pour les dommages, Total maintient les arrangements faits avec les victimes qui en ont conclu avec lui !

samedi 8 mai 2010

Mes impressions au sortir du conseil municipal du 7 mai


Le conseil municipal d'hier soir débuta par un exposé sur l'état actuel de préparation du projet de BHNS (bus à haut niveau de service) avant l'examen de l'ordre du jour ;
Cet exposé, présenté par les consultants et le bureau d'études de la ville de SN, montre que le projet est mûr et que des solutions satisfaisantes ont été trouvées en particulier quant à la régulation des flux de circulation sur l'entrée Nord. Par contre, la question du plan de circulation au centre-ville reste posée et ne nous sera présentée qu'à l'automne même si les dispositions prises sur les axes empruntés par le BHNS laissent comprendre les plus importantes tel que la fermeture totale de la rue d'Anjou par un plateau piétonnier franchi seulement par les bus à hauteur de la rue de la Paix. 
Les itinéraires automobiles les plus communs d'aujourd'hui seront profondément modifiés ; ce bouleversement des habitudes devrait engendrer quelques tensions lors de sa mise en place.
Rien par contre de nouveau sur le niveau de service du BHNS : un bus toutes les 10 mn qui reste le point faible du projet du strict point de vue du transport en commun. Il mériterait bien le nom de BAFF suggéré par un mien ami sur le site d'Ouest France ; BAFF, Bus A Faible Fréquence. Cette appellation à l'avantage de s'adapter immédiatement en cas d'amélioration des prestations pour devenir Bus A Fortes Fréquences.

Ordre du jour :

J'ai été le seul à m'abstenir sur la délibération Erika qui a recueilli le vote de tous. M. Batteux a rejoint la position que j'avais exprimé sur un point : Il a déclaré fortement qu'il n'était pas question de prendre Total comme tête de turc !

Durant l'examen des délibs, je n'ai noté qu'un seul point fort : l'hébergement des anciens avec la refonte de Louise Michel et la création de la résidence Grenapin (voir la presse).
Naturellement Label Gauche a vu une privatisation inacceptable dans les 2 projets et je me suis félicité du recours au partenariat public privé à travers les baux emphytéotiques et les conventions de gestion attachées.


Nombreux accrochages entre le maire et M. Brulavoine. Ce dernier semble avoir remplacé Mme Danielle Richard comme souffre-douleur du premier.
J'ai voté, seul, contre les délibérations concernant la Biennale Estuaire et le Life ;
Kevin Izorce a expliqué le vote favorable de son groupe sur le Life par une présomption favorable après le changement d'animateur.

Mes 2 dissidents, Maud Cascino et Christian Bertin, ont voté en faveur de toutes les délibérations sans aucune explication de vote.

PS : la délibération n°9 portait sur le Contrat Urbain de Cohésion Sociale (CUCS). Il s'agit d'actions s’adressant à la population des quartiers prioritaires de la commune. Cela va de " Café concert" ou "café expo" jusqu'à des actions de "Coordination, suivi et évaluation des actions de santé initiées et conduites dans le cadre de l'atelier santé ville" en passant par "Course d'orientation dans la ville pour découvrir les institutions publiques au travers leurs bâtiments" ou "Organisation d'un évènement festif à la Berthauderie" etc.
Je suis intervenu pour dire que ces actions à St-Nazaire comme dans toute la France n'avait pas, malheureusement, permis de remédier aux problèmes de ces quartiers qui n'avaient cessé de dériver dans le mauvais sens. Mais, j'ajoutais, que comme les socialistes au sujet des retraites, je n'avais rien à proposer, donc je m'abstenais sur cette délibération.

jeudi 6 mai 2010

Naufrage de l'ERIKA : pourvoi en cassation de la ville de SN



Le maire nous propose une délibération afin de l'autoriser à se pourvoir en cassation aprés l'arrêt du 30 mars 2010 de la cour d'appel de Paris.

Cette décision de la cour de Paris est très favorable à notre collectivité : 

750 000 € dont 500 000 € en réparation de l’atteinte portée à sa réputation et à son image de marque, et la satisfaction de voir reconnaître la responsabilité pénale de TOTAL dans l’affrètement d’un navire cumulant les risques en termes de sécurité maritime.
Le fait que la cour d'appel reconnaisse une faute de négligence en lien avec le naufrage de nature à justifier la responsabilité pénale est une avancée importante.

Alors pourquoi aller en cassation ? Selon le texte même de la délibération proposée à notre vote parce que la ville de St-Nazaire répond à une préoccupation d’intérêt général, responsabiliser l’ensemble des acteurs de la chaîne du transport maritime international !

La ville et son Maire, peut être un peu "titillé" par ses alliés pastèques, se donne un rôle de faiseur du droit, voire du droit maritime international, qui n'est en aucun cas le sien !

J'y verrais volontiers l'un des méfaits d'un juridisme exacerbé qui pervertit le fonctionnement de notre société.


Ce pourvoi en cassation pourrait amener la cour, gardienne des traités internationaux, notamment (CLC (International Convention on Civil Liability for Oil Pollution Damage) de 1992) à donner une solution nettement moins favorable à nos intérêts et à la protection de l'environnement ; c'est d'ailleurs la raison du pourvoi de Total !
Donc notre présence  à ce pourvoi a un sens tout politique voir un peu jusqu'au boutiste  ; nous souhaitons une condamnation sur un fondement plus large et juridiquement plus difficile alors que nous pourrions intervenir juste en défense pour dire que la solution de la cour d'appel nous satisfait.


Je trouve cette position intransigeante d'autant plus étonnante que depuis lors nous avons su défendre nos intérêts envers la même société ( récente fuite de Donges) dans le cadre de contacts moins judiciaires. On me dit d'ailleurs que les indemnisations versées par Total à ceux qui ont voulu un accord avec lui, ont été fort bien pesées!
Il est vrai que les circonstances juridiques n'étaient pas les mêmes.


Est-ce à nous Ville de St-Nazaire, ou aux autres collectivités de la Carene, de faire le droit en la matière ? Non ! Est-ce à nous Ville de St-Nazaire donner des signes d'agressivité envers la société Total qui participe à notre tissu industriel mais que surtout nous souhaitons voir participer à des développements nouveaux, d'avenir, pour notre territoire? Non, bien sur!


Je pense que la délibération proposée est maladroite et contreproductive : je n'y adhèrerais donc pas !