« Soyez donc résolus à ne plus servir et vous serez libres. » Étienne de la Boétie dans "la servitude volontaire" ou "Contr’Un" 1549.
Sourate 9, verset 29 «Combattez ceux qui ne croient ni en Allah ni au Jour dernier, qui n’interdisent pas ce qu’Allah et Son messager ont interdit et qui ne professent pas la religion de la vérité, parmi ceux qui ont reçu le Livre, jusqu’à ce qu’ils versent la capitation par leurs propres mains, après s’être humiliés»
Sourate 60, verset 4 :"Entre vous et nous, l'inimitié et la haine sont à jamais déclarées jusqu'à ce que vous croyiez en Allah, seul"
3,28 : « Que les croyants ne prennent pas, pour alliés, des infidèles, au lieu de croyants. Quiconque le fait contredit la religion d’Allah, à moins que vous ne cherchiez à vous protéger d’eux » fondement de la taqqya. ou bien Sourate 5, Al-Mâ’idah, La Table servie, verset 51 :« Ô les croyants ! Ne prenez pas pour amis les Juifs et les Chrétiens ; ils sont les amis les uns des autres. Et celui d’entre vous qui les prend pour amis devient un des leurs. Allah ne guide certes pas les gens injustes »
Sourate 47 verset 4 : "Lorsque vous rencontrez (au combat) ceux qui ont mécru frappez-en les cous. Puis, quand vous les avez dominés, enchaînez-les solidement. Ensuite, c'est soit la libération gratuite, soit la rançon, jusqu'à ce que la guerre dépose ses fardeaux. Il en est ainsi, car si Allah voulait, Il se vengerait Lui-même contre eux, mais c'est pour vous éprouver les uns par les autres. Et ceux qui seront tués dans le chemin d'Allah, Il ne rendra jamais vaines leurs actions."
Nul ne peut rester indifférent devant la propagation, sous prétexte religieux, du pire système social ! Si on combat l'esclavage, la soumission des femmes, la peine de mort, les châtiments physiques cruels et mortels, l'interdiction de l'homosexualité, etc. on combat l'islam!

Il ne faut jamais nier à l’ennemi la capacité à être plus intelligent que soi"

"La gauche a toujours, depuis 1793, endossé, sous le couvert de la vertu, les habits de la Terreur." M° Frederic Pichon

vendredi 30 décembre 2011

Mon éditorial de janvier 2012 dans le bulletin municipal


Les gens d'ici


Les gens d'ici, qu'ils soient venus d'ailleurs ou nés ici, ceux qui habitent et travaillent dans la zone d'emploi de notre ville, Saint-Nazaire, regardent, ahuris et bientôt en colère, l'entreprise qui fût l'âme de notre petit coin de France ne plus utiliser les services de certains des leurs alors qu'il n'y a pas si longtemps, patronat local, administration d'état et élus locaux vantaient les coréalisateurs, le regroupement des PME qui permettaient d'utiliser les compétences de leurs salariés , les gens d'ici.
N'étant pas plus bêtes que ceux qui leur donnent du travail, les gens d'ici n'y voient pas l'effet d'une malignité perverse d'un donneur d'ordre qui se bat pour survivre, mais les conséquences pratiques de textes européens, qu'ils ont rejetés, permettant l'attribution de marchés aux concurrents européens des PME employant les gens d'ici ; marchés exécutés par des ouvriers venus d'ailleurs aux conditions de cet ailleurs européen qui a eu le bon sens de conserver son zloty! On notera aussi que ces gens d'ailleurs et leurs employeurs étrangers ne paient pas d’impôts ni de cotisations ici et qu'ils y consomment peu.
On ne doit pas s'étonner alors qu'en l'absence de toute proposition des "élites" locales ou nationales pour modifier cette situation, convaincus d'être abandonnés par ceux qui sont censés les représenter, ils ne jouent plus selon les règles que ceux qui se croient leurs maîtres ont l'habitude de leur faire suivre !

Bonne et heureuse année à tous ceux que nous aimons et aux gens d'ici.

J.L.Garnier

N.B. : La presse local à laquelle j'avais envoyé la première mouture de ce texte tel que publié sur ce blog ci-dessous, il y a 3 semaines, n'en a publié que des extraits choisis par elle créant peut être des malentendus.
La version, ci-dessus, envoyée pour impression au service de la communication date du 9 décembre.

jeudi 29 décembre 2011

Saint-Nazaire : la population ne croît pas

L’INSEE vient de livrer les chiffres de la population communale, sans double compte, de notre ville par exploitation des données de 2009 : 66 348 en légère diminution sur 2008 : 66 912, très légèrement supérieur à celle du recensement de 1999 : 65 869.
En cause, probablement, la fuite des familles de jeunes prolétaires au profit des retraités, résultat totalement contradictoire avec la politique proclamée par notre municipalité.

mercredi 28 décembre 2011

Crise financiére, crise de la démocratie, liées ?

Oui si l'on croit les propos tenus lors d'une conférence dont l’audition un peu longue, mais la trêve des confiseurs le permet, vous donnera au moins l'impression d'avoir compris l'origine et le déroulement de la crise de la dette. Où on retrouve Soros qui tente de faire à l'euro ce qu'il avait réussi contre la livre il y a 20 ans!
Un autre lien de meilleure qualité sur Youtube

mardi 27 décembre 2011

Encore un gaspillage écologiste

Pastèques et cheminots se sont entendus, avec la lourde complicité des socialos qui leur donnent nos sous, pour acheter quelque chose de cher, d'importé pour partie,  d'inefficace, contredisant,  de plus, leur vulgate du bilan carbone lorsqu'on rentre dans le détail.
Silence général sur cette réussite mais l'agence "Bretagnepresse" veillait (cliquez pour suivre le lien)

mercredi 21 décembre 2011

Feux d'artifices

Cette soirée de la journée la plus courte de l'année ou de la nuit la plus longue, c'est selon, a réuni dans notre centre ville une petite foule sympathique autour des braseros de la place des droits de l'homme (avenue de la république ) jusqu'au feu d'artifices tiré peu après 19 h devant le paquebot qui enthousiasma tout le monde ; Nombreux jeunes couples avec enfants et quelques sages envahirent ensuite les bistrots alentours ; on frôla la catastrophe : la bière de Noël manqua à "la marée monte" mais la clientèle fit courageusement face à cette épreuve avec discipline en buvant plein d'autres bonnes choses.
Soirée réussie donc et très appréciée par les présents.

Notre candidate sur la 8° circonscription

Mme Maryvonne Le Liboux ne serait pas membre de l'UMP selon les renseignements qui me sont parvenus. Notre mouvement la soutiendrait au titre de la représentation de la société civile !
Ce positionnement, proche de celui que nous envisagions pour la prochaine municipale à Saint-Nazaire, peut-il être porteur pour une élection aussi politique que celle qui fixe la majorité à l'assemblée nationale?
N'est ce pas le rôle des élus de toutes sortes de représenter les citoyens, la société civile ? Il est vrai que la professionnalisation de la politique avec le maintien en fonction pendant 30 ans ou plus des mêmes personnes dans les mêmes fonctions crée une rupture dans le mythe démocratique de la représentation et réduit l'élection à un mode de confirmation de la cooptation des dirigeants.
Mme le Liboux apparaîtra de toute façon à l'électorat comme la représentante de notre mouvement, ce dont je me félicite, car il s'agit d'une personnalité de qualité qui pourrait animer la droite au delà même de l'échéance législative, si elle réussit à rassembler et apaiser les conflits qui nous ont marqués, et  à convaincre notre électorat.

Écoutant à l'instant M. Priou interrogé par Yannick Urrien sur Kernews, je me réjouis de le voir rallier l'idée de l'union future de la Carene et de Cap Atlantique qui me valut un refus hautain de Batteux lorsque je demandais en conseil municipal son inscription au schéma départemental ; le prétexte invoquait par J. Batteux, les élus de la presqu'île n'en voulait pas, cachait mal son refus politicien qui l’amène à préférer une coopération déséquilibrée avec Nantes plutôt qu'une harmonieuse avec nos voisins mais demandant un grand respect de leurs points de vue .

dimanche 18 décembre 2011

Minuit Chrétiens

Noël approche et il est temps de réviser ses classiques vous trouverez ici ( cliquez)  "Minuits chrétiens" en version Karaoké
Je ne sais si un jour vous avez faits attention aux paroles de son adaptation anglo-saxonne  'O Holy Night' mais elles sont beaucoup moins intéressantes que celles dans notre langue, toujours d'actualité pour tant d'hommes et de femmes :
" Peuple à genoux attends ta délivrance...
La terre est libre et le ciel est ouvert ..."

Pour encore mieux préparer la trêve des confiseurs "vive le vent, vive le vent ..."

samedi 17 décembre 2011

Conseil du 16 12 - impressions de sortie

L'ordre du jour de notre conseil d'hier soir ne contenait pas de questions politiques fondamentales en dehors de l'orientation de la politique sociale municipale qui seul suscita le jeu traditionnel entre la majorité et l’opposition de gauche, d'une part, pour lesquels la situation locale de pauvreté est la faute de la droite et du gouvernement, et la droite et le centre, d'autre part, pour lesquels la question n'est pas si simple.
Ceux qui dirigent la ville depuis plus de 80 ans  ne peuvent s'abstraire de leur rôle dans le fait que prés du 1/4 de la population soit en dessous du seuil de pauvreté devais-je déclarer suscitant la colère de M. Batteux.
Nos collègues du PS et de la majorité ont une certaine tendance à rendre le gouvernement responsable de tout ce qui va mal et à se glorifier de tout ce qui va bien !

Nous entendîmes encore la chanson sur les conséquences sur nos ressources de la réforme de la TP qui va entraîner pour notre commune et la Carene une perte réelle du fait de la contribution qui sera prélevé sur nos ressources ; Nous dûmes rappelés que cet aspect de la reforme n'avait pas, malheureusement, rencontré beaucoup d'opposition à gauche dans les assemblées parlementaires ce qui devait clore le débat sur ce point.

A l’occasion de la délibération sur les noms de rue, je réclamais à nouveau une avenue au nom d’Étienne Garnier mort il y a , ce mois, 10 ans en critiquant les réponses ahurissantes qui avaient été opposées  à mes demandes précédentes; Je suggère même dans mon intervention qu'une portion de la RD 492 en face du nouvel hôpital porte son nom. Coup de théâtre : Le maire Joël Batteux accepte le principe d'une voirie portant le nom de notre ancien député.
Je compte donc le saisir par écrit dans les semaines qui viennent d'une proposition précise en ce sens.

Addendum du 17/12 21h 45
M. Batteux, s'était retiré quelques instants dans son bureau, pour une activité contribuant à aggraver très légèrement le bilan carbone de la soirée, en déléguant à notre première adjointe le soin de présider l'assemblée, lorsque vint le moment d'examiner les délibérations proposées par M. O. Richard.  J’expliquais l'opposition de notre groupe aux 2 premières par notre souhait de ne pas approuver le versement à L'ADDRN des sommes nécessaires à l'opération Saint-Nazaire 2030 ce qui prouvait notre grande confiance dans l'action et le personnalité de notre adjoint aux finances ; Cette déclaration déclencha une certaine hilarité dans les rangs des conseillers municipaux.

jeudi 15 décembre 2011

Un bon candidat dans la 8° circonscription

Mme Le Liboux qui a été sélectionné par notre commission d'investiture nationale, ce lundi, est une personnalité intéressante et solide qui a fait toute sa carrière à l'ANPE devenu maintenant pôle emploi. Elle a été la suppléante de notre candidat Philippe Cadiet écrasé sur le canton est en 2010. Bien que domiciliée à Saint Nazaire où elle revient régulièrement, elle travaille à Brest pôle emploi dont elle est directrice selon le Télégramme (cliquez pour voir la source).
Il lui sera donc difficile d'animer sa propre campagne dans une circonscription où elle a peu de relais.
Le choix de son suppléant ou de son directeur de campagne sera donc important et nécessitera une implantation locale réelle et non fantasmée comme vu récemment, si l'on souhaite réunir autour d'elle tout nos sympathisants. Mais est-ce bien le cas ? Certains ne sont pas loin de penser qu'une défaite cuisante de 2 parachutés libérerait le terrain pour les municipales; d'autres dont je suis pense que, tout au contraire, cela va rendre impossible toute action un peu astucieuse pour cette échéance !
On ne peut que regretter que notre mouvement ne soit pas capable de confier à des femmes de cette qualité une circonscription gagnante ni non plus de consulter ou tout simplement d'informer préalablement ses membres.

mercredi 14 décembre 2011

L'avenir, disputé, de notre Saint-Nazaire

Comme on le sait l'adjoint à l'urbanisme de notre ville, qui a l'ambition, légitime, de devenir Calife à la place du calife en 2014, a créé une association pour réfléchir à notre avenir appelé "Demain Saint-Nazaire" ;
Certains ont peut être déjà oublié que notre ancien député, Étienne Garnier, décédé le 6/12/2001, pensait lui aussi à l'avenir de notre cité et avait créé en 1999 "Saint-Nazaire Demain" ; Le président de cette association a eu la surprise de constater que son association, pourtant dissoute en 2007, était mieux connue du service municipal de la vie associative que celle de M. Samzun en recevant confirmation d'une réservation de salle faite par celle-ci ;
Voir  la Gauche rejoindre la droite dans le souci de l'avenir est réjouissant pour notre cité. Doit-on espérer que le conservatisme de gauche qui sévit ici ne soit bientôt qu'un souvenir ?

mardi 13 décembre 2011

Affaire al Dura


Réquisitoire de l'avocat général devant la cour de cassation : il "affirme que Karsenty a « exercé de bonne foi son droit de libre critique » en dénonçant l’enquête d’Enderlin comme « un faux reportage », une « mise en scène », une « mascarade », une « supercherie » et l’ « imposture » d’une « fausse mort », et ne peut être condamné pour diffamation."
Cliquez sur le lien pour lire l'intégralité de l'article de Jean-Patrick Grumberg
Rappelons que Charles Enderlin et France 2 ont déjà été condamné en appel  suite à leur plainte contre le démontage critique par M. Karsenty de ce reportage de M. Enderlin qui impliquait à tort l'armée israélienne dans un assassinat inexistant. Ce reportage avait déclenché une émotion considérable pour des faits inexistants.

samedi 10 décembre 2011

Enfin une bonne nouvelle : Echec à Durban ? !

István Markó — ... De nos jours, il y a des idées qui sont établies en dogmes. On y croit : ce n’est plus une question de science. C’est ainsi. Cela a été établi on ne sait par qui, on ne sait pas quand, mais c’est ainsi. Ces scientifiques, membres d’un grand organisme onusien, n’ont pas envie de voir mourir la poule aux œufs d’or. Voilà pourquoi ils bloquent le débat en nous traitant, moi comme des millions d’autres à travers le monde, de « sceptiques » ou même parfois de « négationnistes ».
Le pire, c’est que le monde politique et les médias y trouvent aussi leur compte. Les politiciens et les autres ont trouvé dans ces mensonges un moyen de faire admettre aux citoyens qu’il fallait vivre avec une énergie plus chère, avec une production d’énergie verte plus abondante, etc. La presse, elle, n’a jamais pris de position déontologique et de recul critique. Elle a répercuté les infos provenant du GIEC sans se poser de questions. On lit régulièrement que l’Arctique est en train de disparaître, alors que les études montrent le contraire. Idem pour les mouvements, naturels, de l’Antarctique.
Mais je ne blâme pas les journalistes, même les scientifiques. Ils risquent de se heurter à une censure parfois violente, à un dénigrement

lire la totalité de l’intervention de ce scientifique ici 

Addendum du lundi 12 à 18 h : Pour l'aider à lutter contre le réchauffement climatique, l’Europe, financièrement exsangue, vient de prêter 500 millions € à la Chine qui déborde de dollars et euros. Doivent rigoler dans l'empire du milieu!

addendum de 21 h 15 : la météo américaine annonce une baisse de température dans 48 états sur ces 15 dernières années voir le lien


vendredi 9 décembre 2011

La gauche au secours du promoteur du Ruban Bleu

Un article paru dans Ouest-France de ce jour révèle les manœuvres de  la majorité municipale de gauche  pour faire régler à notre population le cout des erreurs et des risques pris par le promoteur.
Nous l'annoncions dés le 24 octobre sur ce blog en montrant l'analogie avec le sauvetage des banques ou celui de la Grèce : la solidarité dans l'oligarchie au pouvoir pour ne pas supporter le poids de ses responsabilités !
Le promoteur du Ruban bleu doit faire face à son risque jusqu'à la faillite ; ce n'est pas au nazairien de payer les inconséquences de ceux qui ont monté ce projet ; de la chambre de commerce au promoteur Apsys en passant par l’exécutif municipal de notre cité chacun devrait  par la démission montrer qu'il assume sa responsabilité

jeudi 8 décembre 2011

Les gens d'ici

Les gens d'ici, qu'ils soient venus d'ailleurs ou nés ici, ceux qui habitent et travaillent dans la zone d'emploi de notre ville, Saint-Nazaire, regardent, ahuris et bientôt en colère, l'entreprise qui fût longtemps l'âme de notre petit coin de France  ne plus utiliser les services de certains des leurs alors qu'il n'y a pas si longtemps, patronat local, administration d'état et élus locaux vantaient les coréalisateurs, le regroupement des PME qui permettaient d'utiliser les grandes compétences de leurs salariés , les gens d'ici. 
N'étant pas plus bêtes que ceux qui leur donnent du travail, ils n'y voient pas l'effet d'une malignité perverse, mais les conséquences pratiques de textes européens qu'ils ont rejetés, dont la mise en œuvre permet aux concurrents européens des PME employant les gens d'ici de se voire attribuer les marchés qu’exécuteront des ouvriers venus d'ailleurs aux conditions de cet ailleurs qui a eu le bon sens de conserver son zloty  et où le salaire minimum en zlotys représente 347, 34  euros par mois ! On notera aussi que ces gens d'ailleurs ne paient pas d’impôts ni de cotisations ici et qu'ils y consomment peu.
On ne doit pas s'étonner alors qu'en l'absence de toute proposition des "élites" locales ou nationales pour modifier cette situation, convaincus d'être abandonnés par ceux qui sont censés les représenter, ils ne jouent plus selon les règles que ceux qui se croient leurs maîtres ont l'habitude de leur faire suivre !

Sur l'euro et les problèmes qu'il nous crée, écouter en cliquant ici

mercredi 7 décembre 2011

Marine le Pen en meeting à Saint-Nazaire

A peine ce projet de la candidate du Front National connu, l'extrême gauche et notre collègue N. Bruneau réclame par un courrier à tous les élus "qu'aucune salle municipale ou para-municipale ne soit louée à un parti qui n'engendre que le rejet , la haine"
Etant préalablement rappelé que je représente, au conseil municipal, le mouvement politique qui a le moins intérêt à la réussite du front national, je ne peux laisser passer les propositions liberticides de N. Bruneau ;

Si tous les partis qui expriment haine et rejet, devait, hors sanction des tribunaux, se voir interdire des salles, jamais le parti qu'elle a représenté ne pourrait s'exprimer; Les propos que l'on entend de diverses provenances au conseil municipal sur le président Sarkozy sont d'ailleurs de la même eau.

Communisme et fascisme ont toujours commencer par empêcher l'expression de points de vue différents ; il faut bien constater que ce n'est pas le parti de Mlle le Pen qui est dans ce cas!

Je m’interroge d'ailleurs sur cette étrange attitude de la gauche  qui met en vitrine l'action de cette candidate en la victimisant ; s'ils croient cacher à l'opinion que leur but réel est de lui donner de l'importance pour que son score nous affaiblisse et leur permette d'arriver au pouvoir suprême, ils se trompent mais nous montrent ce que sera une France entièrement dominée par la gauche : un pays où la liberté d'opinion sera de plus en plus restreinte.

Addendum 15h38 : Je ne peux que me féliciter de l'attitude républicaine qu'annonce Joël Batteux!
Addendum 22h21 : les nazairiens qui suivent le blog secret défense auront pu y lire que Mlle le Pen prévoit de construire un 2° porte-avions

mardi 6 décembre 2011

Le choix du bon candidat dans la 8° circonscription

Les pastèques viennent de se réunir pour désigner leurs candidats dans la 8° ; les militants et adhérents d'EELV et de leur filiale dite "coopérative" ont choisi de présenter le militant qui avait créé la surprise en arrivant second à la cantonale de Savenay. Ils ont ainsi tourné la page Denigot ; celui-ci, objet de mésentente avec les socialos locaux, compromettait probablement la carrière de ses camarades invités sur les listes socialos aux prochaines échéances municipales. Néanmoins la question de l'aéroport ne sera pas sans conséquences sur les comportements électoraux ; on se prend à espérer que cela puisse réduire les reports au second tour en  faveur de la députée socialiste sortante M-O Bouillé!

Chez nous à l'UMP, 2 candidats se sont faits connaître auprés de la commission nationale ad hoc : David Pelon, actuel délégué de circonscription de notre mouvement, courageux conseiller municipal d'opposition à Trignac ; Jérôme T. ,totalement inconnu de nos adhérents et de la population, sans aucun mandat local, mais il faut bien commencer un jour! Il n'est pas prévu de consultations des adhérents.
Le choix ente les deux sera proposé à nos instances nationales par notre sénateur, André Trillard, qui bénéficie de la confiance de nos instances nationales et du président pour régler le sort tant de la 8° que de la 7°; Sa connaissance du terrain  lui permettra-t-elle de faire un choix autour duquel nous pourrons tous nous retrouver?
Il faut l'espérer car un candidat qui n'accrocherait pas avec notre électorat ouvrirait la route tant à celui du FN qu'aux centristes ; en effet il semble que les négociations, que le dit Jérôme T. avait mené (au nom de l'UMP?) avec le nouveau centre pour être le cavalier de Mme Delphine Lebas, aient échoués après avoir été très prés d'aboutir ; la candidature de Morin à la présidentielle ne laisse plus la place qu'à une alliance des centristes, incluant Kevin Izorce et le Modem.
La désignation définitive interviendrait dans les premiers jours de janvier.

Je n'avais pas connaissance de l'article d'Ouest-France publié ce mardi lorsque j'ai rédigé et mis en ligne ce post :

samedi 26 novembre 2011

Conférence metropolitaine 2° Journée

La matinée fût délicieuse : après une mise en bouche sur l'activité portuaire nantaise aux 17° et 18° par un historien, les directeurs des agences d'Urbanisme des 2 agglomérations  nous présentèrent des cartes* autour des flux de toute nature mais surtout de marchandises.  Puis Nadine Cattan, géographe, nous fit part de sa construction (étude France entière pour la Datar non encore publiée) d'instruments d'analyses des comportements d'échanges des populations autour du "pôle métropolitain", et au delà,  dont seul M. Ayrault ne s’aperçut pas qu'elle modifiait quelque peu les réflexions habituelles et nos biais de confirmation ( Dans son empressement servile,  l'animateur fit retirer le micro au directeur d'une des intercommunalités pour  donner la parole au Maître de Nantes)
Il est vrai que certaines de ces cartes révélaient des fonctionnements pas du tout dans la ligne :
Les diverses présentations des déplacements journaliers mettaient fortement à mal la réalité même de notre fabuleuse communauté Nantes Saint-Nazaire ; On voyait très clairement 2 pôles, l'un centré sur Nantes et l'autre nazairien quelque fois à 4 têtes ( Saint-Nazaire, la Baule, Guerande, Montoir) ; les relations entre ces 2 pôles, importantes certes, étant équilibrés par le lien avec Cholet pour Nantes et Vannes pour SN.
Sur un autre terrain, celui du port, ces cartes présentaient une réalité sans rapport avec certains délires entendus la veille et à nouveau l’après-midi! Notre port n'est qu'un tout petit port à vocation régional dont l’Hinterland est cerné par celui du Havre.

L’après-midi, malgré la présence de représentants du monde économique, fût beaucoup plus dominé par l'idéologie en vogue, remarquablement représentée par le sieur Grosvallet dont la foi réchauffiste s'étala sans limite :  les éoliennes allaient sauver notre agglomération  sur le plan de l'industrie et de l'emploi, notre pays sur celui de l'approvisionnement énergétique et bien sur contribuer au sauvetage de la planète (antienne obligatoire aujourd'hui); Comme il est excessivement dangereux d'apparaître hérétique dans ces situations personne n'osa réagir, y compris devant l'énormité assénée par le représentant d'EdF énergies nouvelles qui essaya,  en assimilant durée de la rotation des éoliennes dans le vent à la permanence de la production d'électricité utilisable par le réseau, de nous faire croire que les équipements futurs devant nos côtes permettraient d'alimenter le département entier en permanence! Le représentant de Suez, exploitant de la centrale électrique à Gaz de Montoir, s'il était là, a du bien rigoler.
Notre oligarchie locale et nos dirigeants nationaux de tout bords ne veulent pas comprendre que l'éolien est à la fourniture d'électricité ce que la ligne Maginot est à la guerre de 40 : une réalisation couteuse totalement contre productive et qui précipite la défaite.

En conclusion, ces trois demi-journées ont été d'un grand intérêt tant par l’accès à l'information que par la présentation d’hypothèses, d'explications des situations, nous sortant de nos vues habituelles !
Je n'ai pas perdu mon temps , tout au contraire, en me mettant au courant de l’agitation , même étrange, de certains esprits ; les politiques sauf le maître de Nantes, le président du CG et quelques pastèques n'ont pas gâché la réflexion en la préemptant par leurs références idéologiques habituelles.
Je regrette d'avoir été le seul représentant de l'opposition nazairienne à cette mise à niveau auquel nous étions tous invités pourtant !
 

P.S. : Que mes lecteurs assidus acceptent mes excuses pour cette réaction un peu lente à l'actualité mais j'ai consacré la soirée d'hier de 7h du soir à 1H du matin à un diner organisé par le Tastevin à La Vieille Forge à Mesquer autour des Champagnes de la maison Philiponnat.

*Liens vers les cartes évoquées, publiées ou non dans la lettre API, dés que possible si existants.

Pour l'efficacité des éoliennes et le facteur de capacité dit aussi de charge ( peut être la moyenne dont parlait le représentant d'EDF énergies nouvelles) cliquez ici  ou
voir aussi les post précédents sur ce blog  spécialement La vérité des coûts de l’éolien

vendredi 25 novembre 2011

L'hérésie scientifique

Lire sur Skyfall  sous ce même titre la traduction  de la conférence donnée par Matt Ridley à la conférence Angus Millar (Royal Scottish Academy) et publiée sur WUWT...

Se rappeler le rôle éminent des écossais dans la création de l'industrie et de la science depuis le 17° siècle

jeudi 24 novembre 2011

5° Conférence métropolitaine Nantes Saint-Nazaire : 1° journée

Cet après midi la conférence évoquait "les futurs possibles de la métropole". Une table ronde devait tout d’abord faire aborder "les démarches prospectives locales" par une douzaine de personnalités, pour l'essentiel des experts au service des collectivités territoriales et de l'état.
Interrogés sur leur certitude à 20 ans quant aux perspectives de la métropole  Nantes Saint-Nazaire, ces joyeux loustics nous expliquèrent  que cette métropole ferait partie de celles qui pèseraient en Europe, qu'il en serait quasiment de même pour son "grand port";
Il est toujours ahurissant de voir une douzaine d'hommes et femmes, intelligents et bien formés, placés à des postes d'observation,  être capable d'un tel déni de réalité, d'une prétention aussi arrogante ;
Dans 20 ou 40 ans, comme aujourd'hui, la métropole nantaise (étirée ou non jusqu'à SN ) ne jouera pas dans la cour de Barcelone, Munich ou Milan!
Pas plus d’ailleurs qu'elle n'aura l'influence de villes sensiblement de même taille comme Genève ou Anvers.
Il faut être gravement ignorant du mode réel de fonctionnement de notre pays pour le croire.
Pourtant l'animateur de ce débat, Martin Vannier décrit très bien ce fonctionnement dans un article qui nous était distribué, comme une métropole réseau ancrée sur Paris, puissante tête de pont, etc.

Espérons donc que, demain, vendredi, au lieu de poursuivre des chimères prétentieuses hors de notre portée, s"esquissent des voies plus modestes mais plus concrétisables.

Après la pause, nous furent présentés "trois scénarios de développement des métropoles françaises à l'horizon 2040" ; Trois sombres scénarios marqués par l'autoritarisme dans la définition des modes de vies, la disparition de la classe moyenne et de la vie politique démocratique, la transformation de notre pays en un Luna-park dont on se demande bien où il trouve ses ressources ; le père fouettard, la gestion par la peur et la propagation du désordre sont l'avenir que ces experts nous dessinent !

Leçon numéro 6 de Matt Ridley : Ne jamais se fier au consensus d'experts pour l'avenir. Les experts valent la peine d'être écoutés sur le passé, mais pas sur l'avenir. La futurologie est une pseudoscience.

mardi 22 novembre 2011

La dette publique, faux coupable

"Les dirigeants européens ont convaincu leurs concitoyens que la dette publique était à l'origine de tous leurs maux. Ce faisant, ils renouvellent l'erreur qui fut fatale aux Allemands en 1930 comme aux Français en 1935...
En sacrifiant la cohésion sociale à la stabilité de la monnaie, les États européens s’engagent dans la voie sans issue qu’ont choisi avant eux le chancelier allemand Brüning et Pierre Laval.
Notre conclusion se conforme aux leçons de l'Histoire et au credo libéral le plus classique : la réduction de la dette publique est nécessaire... mais impossible sans une réduction préalable du déficit commercial (relance des exportations et réduction des importations) par quelque moyen que ce soit."
lire ici la suite de l'article de Joseph Savès cliquez

lundi 21 novembre 2011

Europe: Dure sera la chute

Un article de Stéphane Montabert  sur son blog met cruellement en évidence ce qui nous attend et dont aucun des  vrais candidats pour la prochaine présidentielle n'ose parler vraiment au fonds cliquez ici pour le lire

jeudi 17 novembre 2011

Centre(s) et législatives à Saint-Nazaire

Devant certaines interprétations de mon post ci-dessous sur les législatives dans la 8°, il me faut préciser ma pensée :
Je doute fort que l'UMP soutienne un candidat aux législatives qui aurait soutenu au premier tour un candidat contre le notre à la présidentielle sauf, bien sur, accord national pour le second tour et la législature à suivre.
Je souhaitais qu'un arrangement soit trouvé entre les différentes expressions du centre afin que le candidat du nouveau centre soit le candidat de tous les centristes et que les conditions soient remplies pour que l'UMP puissent l'appuyer! La décision sur ce point est du ressort, au final, de nos instances nationales.
Les modifications internes au groupe de Kevin Izorce, qu'évoque ce matin la presse, ne me semblent rien changer quant au positionnement de ce groupe tant au conseil que dans la vie politique locale ; Qui sera, saura !

mercredi 16 novembre 2011

Le problème fondamental de l'Euro

lire Marc de Scitivaux
Economiste français. Fondateur et Directeur des Cahiers verts de l'économie

"La zone euro souffre d’un phénomène fondamental qui réside dans l’instauration d’un taux de change fixe entre des pays qui ne présentent pas la même situation compétitive et la même politique économique et budgétaire...
La zone euro a perdu la possibilité d’ajustement lorsqu’il y a une crise de change. Les conséquences sont alors bien plus graves que si l’on avait eu la possibilité d’une flexibilité des taux de change.
Nous sommes ainsi dans une confrontation manifeste entre une construction intellectuelle et une réalité économique que subissent les populations. On demande aux concitoyens d’accepter des sacrifices de plus en plus importants non pas parce que la situation économique l’imposerait dans l’absolue, mais pour sauver une idée. On a ainsi une lutte entre la vie et l’abstraction. Cela est très dangereux comme situation. Et je pense que cela ne peut pas bien se terminer."

cliquez sur ce lien pour lire l'entretien en entier

"Dans la zone euro, il ne peut pas y avoir dévaluation. Les concitoyens européens doivent alors non seulement abandonner les acquis sur lesquels ils avaient l’habitude de vivre (retraite, médecine gratuite...) mais également rembourser ces acquis empruntés par le passé. C’est impossible dans une démocratie d’espérer cela.
Penser que les populations vont accepter l’extraordinaire cure d’amaigrissement qu’on leur impose pour sauver l’euro n’est pas concevable. Il va falloir payer l’irresponsabilité des politiques et des concitoyens qui demandaient toujours plus."

mardi 15 novembre 2011

Nos candidats à la députation dans la 8° circonscription

A l'heure actuelle aucune information , ne parlons pas d'avis ou même de participation aux processus de désignation, n'est à la disposition du délégué de circonscription, des membres du comité, et donc des adhérents et sympathisants; Officiellement on sait seulement qu'un groupe de travail départemental est prévu pour dans quelques semaines et notre délégué tente d'en faire partie.

Officieusement, on en sait un peu plus ; il semble que la 8° circonscription comme la plupart des autres circonscriptions sans sortants devrait être dévolus à une femme et qu'il est envisagé de faire une place à nos "alliés" du nouveau centre. Pourquoi pas ?
Proposer à nos militantes une circo plus facile à emporter que notre 8° aurait eu de la gueule et on aurait pu le faire dans le vignoble à l'occasion du départ du sortant, mais là visiblement cela n'a pas été envisagé!
Quant à faire une place au centre, en dehors des membres de l'UMP qui en sont issus, j'y serais pour ma part assez favorable si on tenait compte du fait que dans la commune principale de notre circo, le centre est représenté par le Modem et l’alliance centriste. Une discussion avec M. Kevin et ses amis est un préalable nécessaire à une candidature d'union que notre mouvement avait délibérément saboté, au dernier moment en 2002, ce qui a laissé des traces !

Je suis donc personnellement favorable à une réconciliation, à l'occasion des législatives, autour d'une candidate du centre accompagné d'un membre de notre mouvement ;
faut-il encore que celui-ci ne soit pas un nouveau chien fou qui viennent semer encore plus de désordre dans nos rangs et mettre à bas un rassemblement non  partisan de la droite et du centre en vue des municipales.
Faut-il aussi que cette candidate ne soit pas la candidate d'un groupuscule sans élu mais qu'elle obtienne l'appui des autres forces.
Rejouer les mêmes errements qu'aux dernières cantonales risquerait d'aboutir aux mêmes résultats : notre élimination du 2° tour par les écolos ou le FN !

A suivre...

dimanche 13 novembre 2011

Préfets européens à Athénes et Rome

Ou est la démocratie ?
Lorsque les parlements de 2 pays doivent accepter d'installer comme premier ministre des individus présentés à ce poste par les exécutifs de 2 autres pays et Brussels, que reste-t-il de leur indépendance nationale mais aussi de la démocratie représentative ?
Lorsque les personnages ainsi désignés, qui n'ont jamais été élus nulle part, ont pour références leur passage dans les organes administratifs ou financiers de l'union européenne, une formation fortement marquée par les universités américaines, l'intérêt du pays dont ils prennent la tête est-il bien leur souci premier ?
Lorsque ces  personnalités ont directement contribué dans leurs fonctions précédentes aux processus qui ont mis ces pays dans la situation que l'on nous décrit, peut-on s'attendre à une action réelle au profit des populations concernées ? Ne va-t-on pas plutôt constater un dégradation de la situation de ces états et de leur peuple au profit d'autres intérêts et pas seulement financiers?

Sommes-nous, en France, protéger contre un telle dérive ? Quelque soit le candidat élu en mai prochain à la tête de notre république, ne devra-t-il pas nommer comme premier ministre un homme adoubé par Brussels et les USA ? Cela ne serait-il pas la suite logique de l'effacement du vote* du peuple Français contre la constitution européenne ?

lire ici

N.B. :  * j'ai personnellement voté pour la constitution proposée et fait campagne en ce sens !

vendredi 11 novembre 2011

Fonctionnement de la justice


Un homme qui a trente ans de police derrière lui se révolte contre la Justice 
cliquez pour suivre le lien

Une mise en perspective différente de cette affaire par M° Eolas
 Merci à Damien Perrotin qui l'a signalé sur son site facebook


Une réponse à M° Eolas

lundi 7 novembre 2011

Conseil du 4/11/11 suite

La  presse, OF de ce jour, rapporte que j'aurais taclé l'opposant label gauche maintenue, Éric Edom, au sujet de son "introït"  : 'au nom des presque 18% de l'électorat' ; ce n'est pas tout à fait exact, j'ai rappelé à tous les présents, sans m'en excepter, qu'alors qu'en 2008, nous avions tous crus, que notre offre aux électeurs était la bonne, nous n'avions pas rencontrés le succès; que lorsque seuls 52% des électeurs se déplacent et que le mieux voté n'en intéresse que 40% nous devrions tous être très modeste. C'est bizarre, j'ai eu l'impression conforté par les échanges lors du diner qui a suivi que tous les conseillers présents avaient parfaitement compris mon propos; certains appartenant à l’exécutif socialiste comme à l'EG me l'ont franchement confirmé!
Quant à mon rappel que les grecs avaient inventé la démocratie mais aussi la comédie et la tragédie, il visait clairement l'action de M. Papandréou dans une évocation des conséquences de la crise en cours et du G20 et non M. Edom.

Olivier Richard nous a exposé que notre commune, Saint-Nazaire, et la Carene  verrait la compensation par l'état de leur perte de ressources liées à la suppression de la Taxe Professionnelle réduite du fait de la mise en place d'une redistribution horizontale dont le mécanisme exact n'est pas encore voté.
Ce système aura pour effet d'enlever à ceux qui avait des bases importantes et des taux forts au profit de ceux qui n'avaient pas, volontairement ou non, d'activités taxables ou qui les taxaient peu.
Il est vrai qu'il est très désagréable de voir se réduire des ressources attendues surtout lorsque la règle change alors que d’importants investissements sont en réalisation et qu'il va falloir les financer autrement, c'est à dire lever des impôts sur les ménages puisqu'on ne peut plus faire marche arrière.
Reprenant alors la parabole bien connue du bébé et de l'eau du bain, j'ai remarqué que la réforme de la TP avait pour premier but d'améliorer la marge de nos entreprises industrielles ; que , selon les premières études disponibles, il semblait que ce but était atteint au détriment des banques et de l'état !
Je n'ai pas osé dire que ce mécanisme était de nature à limiter l'inflation continue des dépenses de nos collectivités territoriales ; Ce n’était pas parce que ne disposant pas d'une protection physique à la hauteur du risque, j'eusse crains des représailles mais parce que le dispositif prévu risque tout au contraire d'inciter certaines communautés,  rurales en particulier à se lancer dans les dépenses !
Il faut aller probablement plus loin dans la refonte des ressources territoriales et mettre en place un système de dotation  basée sur la population et la surface que seul l'impôt local sur les ménages, taxe d'habitation ou foncier compléterait éventuellement.
Notre commune comme notre communauté doivent dépenser moins!
Notre état aussi ! C'est la condition nécessaire à la baisse des prélèvements sur la classe moyenne.
Mais jusqu’où ? Attention aux remèdes qui tuent !
Lire un point de vue intéressant sur ce thème en cliquant dessus la dette publique faux coupable

La chute de prunes et l'intervention de la fourrière au marché qui ont d'ailleurs continué dimanche 6/11 concernent les riverains et non les commerçants !

samedi 5 novembre 2011

Conseil de Saint-Nazaire du 4/11/11

Un conseil à l'ordre du jour léger mais au climat détendu malgré le cinéma du représentant patenté de l'extrême gauche qui a quelque peu énervé notre premier magistrat.

Tout d'abord, le PV de la derniére séance m'a amené à l'observation suivante:

En 2° page, M. le maire, à l'occasion de la présentation de notre collègue, Mme Brieux, vous avez déclaré " le droit du sol ne s'applique pas plus à SN qu'ailleurs heureusement."

Je souhaite que vous nous expliquiez cette déclaration à priori étonnante : en effet c'est bien le droit du sol qui s'applique dans notre pays tant en matière électorale que pour la citoyenneté.

Mme Brieux, comme chacun d'entre nous, est élu de Saint-Nazaire parce qu'elle y réside et on devient citoyen français si on naît en France (ce qui inclut la maternité de St-Laurent du Maroni comme chacun sait)

J'espère qu'il s'agit d'un lapsus linguae,  que vous vouliez condamner le droit du sang et que vous n'adhérez pas aux fumeuses théories d'Extrême Gauche qui donnent à tout habitant du monde le droit de résider de voter et d'être élu en France.
M. Batteux a reconnu avoir prononcé là une des plus grosses erreurs à l'oral  qu'il ait commis dans ses fonctions de maire! Dont acte !

La délibération sur la conférence de la vie associative a bénéficie du soutien général sauf Label Gauche maintenue et n'a pas entraîné de développement important.

Sur le rapport d'activité de la Carene, j'ai prononcé la déclaration suivante :

Le document qui nous a été remis ne présente pas les caractéristiques d''un rapport d'activité mais celles d'une action de communication voir de propagande !

C'est un document d'annonces et pas un document d'analyses.

Les dépenses de fonctionnement de l'année 2010 sont ainsi présentées mais sans la moindre mise en perspective sur les cinq ans écoulés.

Alors que nos recettes connaissent de profonds changements de nature, il aurait été utile de voir quelle a été leur évolution sur ces dernières années. Par exemple l'évolution du VT sur le long terme (10 ans) aurait été d'autant plus intéressante qu'elle permet, compte tenu de la variation de taux, de voir un des indicateurs de la richesse locale, les salaires distribués.

Seules les dépenses de personnel font l'objet de ce qui aurait du être la règle non seulement pour les finances mais pour toutes les données physiques des actions de la Carene ; Et là on s'interroge + 22% en 5 ans : l'inflation ayant fait environ 10%, cela signifie si seul l'effectif est en cause qu'il a augmenté de 12% ! Vous voudriez donner raison aux critiques gouvernementales sur la politique des collectivités que vous ne feriez pas mieux. Indiquer le GVT, ou la progression des effectifs sur la période dissiperait ce soupçon.

Dans le domaine, crucial, du logement, quelques chiffres, depuis la création de la carène, sur les livraisons tant de logement sociaux qu'aidés ou non et le niveau du stock vaudrait mieux que des annonces.

Enfin, alors que la question des emprunts toxiques est sur toutes les lèvres, pas un mot dans ce rapport ; rien sur le stock de dettes et le rythme du remboursement.

Pour la Carene, comme pour tant d'associations sous contrat avec notre municipalité, nous attendons des rapports sérieux et non des déclamations politiciennes. La  chambre régional a remarqué la mauvaise information de notre conseil; il vous appartient de la faire cesser!

 M. Richard a convenu que mes demandes étaient légitimes et s'est engagé tant à nous faire parvenir sous 15 jours les renseignements demandés que plus largement à l'avenir de mieux informer le conseil nazairien de l'activité de la communauté. Dont acte !

De manière semblable lorsque je demandais à M. Samzun de veiller à informer, sur l'aménagement du Moulin du Pé, l'opposition au moins autant que les conseils de quartier , je reçus une réponse favorable. Dont acte !
Sous réserve de voir mis en application les engagements de MM. Richard et Samzun, j'ai noté un changement de climat par rapport à l'opposition de bonne augure ! Doit-on y voir une réaction intelligente et adaptée de la majorité et de l’Exécutif au déroulement tendu du conseil de septembre ? On peut l'espérer.

Malheureusement, lorsque j’intervins sur la situation un peu tendue hier matin au marché lors d'une chute de prune sur des pare-brises, les vieux réflexes revinrent au galop dans l’exécutif : " on a fait tout ce qu'il fallait faire ; on a consulté, fait une concertation ; qu'avez vous à proposer de mieux" etc.
Il est vrai que nous n'étions pas au marché de Brive-la-Gaillarde tel que décrit par G. Brassens !


vendredi 4 novembre 2011

Une ville moins inégalitaire !

Le chœur des socialistes ne va pas tarder à nous servir un cantique à la gloire de leur politique qui aurait fait de notre ville la moins inégalitaire de France. Ne vous laissez pas charmer par ces chants ; la situation n'est pas celle-ci. 

Sur le site de l'observatoire des inégalités apparaît une réalité plus contrasté ( cliquez sur le lien pour l'atteindre):
Notons tout d'abord que cette étude est basée sur les revenus avant impôts et allocations donc elle majore les inégalités! 


La place de notre ville est due aux bons revenus de nos pauvres qui réduisent la dispersion des revenus ! 
SN est très loin d'être parmi les dix villes où les pauvres sont les plus pauvres, ni d'ailleurs d’appartenir au club des villes les moins riches.
Par ailleurs la ville de Cholet, gérée par la droite depuis toujours, nous dispute notre place de ville la moins inégalitaire car vainqueur à l'indice Gini ( définition sur le site en lien) nous devons lui laisser la place quant au rapport entre le décile le plus bas et le plus haut, SN 5,2 Cholet 4,9 !
Enfin 3 des 10 villes les moins inégalitaires selon l'indice de Gini appartiennent à la Bretagne historique et 4, avec Cholet, à l'Ouest des images pieuses; les causes de ce classement sont tout autant liés à l'histoire et à la sociologie de ces villes qu'aux politiques actuellement poursuivies.


Notons qu'une question fondamentale n'est pas posée dans les présentations par la presse locale de ce classement : est-ce une bonne chose, à tous égards, qu'être la ville la plus égalitaire selon cette indice ?




NB : L’indice de Gini mesure la répartition des revenus. Il est compris entre zéro et un. Plus il est proche de zéro, plus on tend vers une égalité parfaite c’est-à-dire que tous les individus ont le même revenu. Plus il est proche de un, plus la situation est inégalitaire. L’inégalité est totale à un : un individu détient tous les revenus.

jeudi 3 novembre 2011

Bilger toujours aussi clair

Charlie a-t-il charrié ?

 "En l'occurrence, les protestations si justifiées me semblent pourtant choisir un mauvais terrain. Elles tentent de convaincre les énergumènes qui ont causé cet incendie que leur comportement n'est pas républicain. Qu'il y a des valeurs et des principes qui s'opposent à ce qu'on détruise de la sorte la pensée d'autrui. C'est peine perdue, et de l'intelligence dépensée en vain, puisque nos adversaires se fondent sur des valeurs inverses qui, pour eux, ont une importance d'autant plus capitale et sacrée qu'elle n'est confrontée évidemment à aucune contradiction. Dès lors qu'il n'y a pas l'ombre d'un dialogue possible, il convient d'abandonner ce champ pour se contenter de décréter que cet incendie volontaire est un crime, que ceux qui l'ont perpétré sont des criminels, qu'ils doivent être pourchassés et sanctionnés comme tels. Je ne garantis pas qu'un tel changement d'attitude convaincra les esprits d'en face mais en tout cas la dureté objective du constat, l'affirmation implacable de la Justice auront certainement plus d'effet sur eux que la compréhension même réprobatrice qui leur est assénée."

dimanche 30 octobre 2011

Conférence-débat SAVENAY carrefour de routes nationales

Le cycle des conférences-débats continue, avec le Jeudi 17 novembre 2011 à 18h30 à l'AQUILON (rond-point Océanis à Saint-Nazaire), une réunion animée par André MARTIN, sur le thème:

" SAVENAY carrefour de routes nationales, un demi-siècle d'aménagements routiers " 

La conférence sera suivie d'un cocktail, et pour ceux qui le désirent, d'un dîner dont le montant est fixé à 25 Euros tout compris
Pour vous inscrire (même si vous ne venez qu'à la conférence), il vous suffit de remplir le bulletin ci-joint, d'y joindre un chèque (si nécessaire de 25 Euros/pers ) à l'ordre de l'AQUILON, et de faire parvenir le tout à :
André MARTIN, 85 Rue Marcel Sembat,  44600  SAINT-NAZAIRE, avant le lundi 14 novembre 2011 (impérativement).
L'entrée sera gratuite pour les adhérents et d'un montant de 5 Euros pour les non-adhérents.

samedi 29 octobre 2011

jeudi 27 octobre 2011

Repas à l'école communale

Texte de mon intervention dans le bulletin municipal de novembre, écris et transmis le 14/10/11 :

Interpelée, la municipalité a maintenu son refus d'intégrer des prescriptions alimentaires religieuses, notamment musulmanes, dans la composition des menus des écoliers.

Il ne nous appartient pas de délibérer du fait que ces prescriptions, selon certaines lectures, ne s'appliqueraient pas aux enfants, ne constitueraient pas un pilier de l'Islam, etc.
Au croyant de chaque religion de déterminer les aspects de sa vie qu'il soumet à ces prescriptions et leurs teneurs. Personne, par contre, ne doit le faire à sa place par l'intimidation. 

La nourriture différente, préparée à part, devient vite consommée à l'écart des autres.
La séparation ainsi construite évolue alors en un mur d'incompréhension voire en haine.
Ceux qui ne veulent pas partager leurs repas avec les autres peuvent faire manger leurs enfants à l'extérieur de l'école dans le cadre qui respecte leurs convictions. 
Nos lois leur permettent d'ailleurs de s'isoler dans des écoles où ils se retrouveront entre eux et n'exerceront ainsi plus de pressions sur les autres !

Accepter des interdits ethniques à l'école publique, c'est assigner l'enfant à son origine, lui refuser la liberté d'un destin individuel.

Manger ensemble et goûter les mets des autres est l'un des fondements de la sociabilité française.
Refuser de faire table commune, c'est refuser de s'associer aux autres citoyens.   
Ce refus du vivre ensemble, de l'histoire constitutive du pays, de l'avenir partagé qui constituent la nation n'est-il pas le but poursuivi? Le comprendre, c'est le combattre.

mardi 25 octobre 2011

Un "Pôle" métropolitain de 310 km de long !

C'est ce que viennent de créer les maires présidents de 5 cités de l'ouest Angers, Brest, Nantes, Rennes et Saint-Nazaire ; l'abus de sens des mots auquel nous sommes malheureusement habitués de la part de nos politiques, car il n'y a là ni "Pôle" ni "métropole", n'est malheureusement pas le seul problème que pose cette  nouvelle institution :
Lorsqu'on lit dans la "Gazette" les domaines d'intervention de ce futur syndicat mixte on est frappé par leurs coïncidences avec ceux des régions. Les grands maires socialos de l'ouest n’auraient-ils pas confiance dans leurs camarades présidents de région pour mener la discussion et les coopérations sur ces points ? La réponse ne peut être que positive d'autant qu'il s'agit d'une progression institutionnelle après un premier essai autour de "l’espace métropolitain Loire Bretagne".
Par ce prolongement nouveau , nos élus socialos, pourtant opposés à la réforme territoriale, montrent bien l'inanité profonde, l'inadéquation à la modernité, des régions et départements : Seules les villes sont des acteurs, à coté des états ; d'ailleurs, l'état français est-il autre chose que Paris ?
Étant rappelé aussi que les villes, comme toute institution, agissent à travers des personnes et que la qualité de celles-ci est primordiale dans leurs réussites.

Quelques postes de chargé de missions devrait couronner l'édifice à la grande joie du contribuable local !

lundi 24 octobre 2011

Crise financière , Ruban bleu, une situation fort semblable !

Les gouvernements européens, toute tendances confondues, mettent en placent des mécanismes garantis voire financés par les contribuables afin d'éviter aux banques de supporter les conséquences de leurs erreurs de gestion passées!
De manière analogue, la société Apsys essayerait, selon la presse locale de samedi dernier, d’échapper aux conséquences de ses erreurs d'appréciation dans le montage de l'opération dite du "Ruban Bleu" en sollicitant la reprise d'une partie de ses engagements par la collectivité locale soit, in fine, le contribuable ; celui-ci étant, à SN comme en Europe, la classe moyenne qui supporte l'essentiel des impôts.
Bien entendu nos gouvernements, comme notre municipalité lors du mandat précédent, ont été bien contents de cette légèreté qui leur a permis des réalisations * qui sans cela n'aurait pas vu le jour ou, tout du moins, pas à la même hauteur.
Faire supporter aux banques européennes, comme au promoteur du "Ruban bleu", le résultat de la gestion de leurs dirigeants les acculerait,  au rachat par leurs créanciers, si ce n'est à la faillite, ou dans le meilleur des cas, à des réorganisations entraînant non versement de dividendes et  pour les dirigeants de bonus et primes de résultat sans compter les pertes sur leurs stock-options.
 
Notre oligarchie européenne, mais plus encore française, ne saurait admettre de supporter ainsi le poids de ses responsabilités ; par exemple, que je sache, M. Richard, patron jusqu'en 2008 de Dexia, loin d'être en prison ou poursuivi, est membre de quelques conseils d'administration.
Les mêmes causes produisant les mêmes effets, il est à craindre que nous n'ayons pas fini de payer les erreurs de notre oligarchie qui,  PS, UMP ou autres, n'entend pas supporter les responsabilités qu'elle revendique.
Le libéralisme ne se conçoit pas sans responsabilité ; on voit là qu'il n'y pas de libéraux aux manettes dans notre pays mais une oligarchie de copains et de coquins.

* Les infrastructures des jeux olympiques d’Athènes comme le centre commercial nazairien auraient été conçus différemment si leurs promoteurs avaient craint l'opprobre et la ruine personnelle ; on peut penser même qu'ils auraient été mieux proportionnés aux besoins et situations, donc plus efficaces, ce qui au final aurait rapporté à tous.

A lire cliquez   Euro Hold Up

jeudi 20 octobre 2011

Soirée spéciale Tintin mardi 25 octobre au Cinéville de Saint-Nazaire

Tous les renseignements ICI

La direction de Cinéville offre l'entrée gratuite pour deux personnes à cette soirée sur présentation de la carte de membre des 7 Soleils 2011-2012.
Si vous souhaitez renouveler voter adhésion d'ici là (22 euros), vous pouvez prendre contact avec notre trésorier : Jean-Louis Garnier
jlg@jeanlouisgarnier.fr Tél. 02 40 01 81 24 50 rue du Bois Savary 44600 Saint-Nazaire

Je serai à l'entrée pour les désespérés qui voudront adhérer en dernière minute.

mercredi 19 octobre 2011

La droite, sous le charme de l’écologisme

Le tropisme de la « droite » pour l’écologisme militant est aussi surprenant que remarquable.
lire ici

"La droite se montre plus dévote que la gauche quand celle-ci jouit du soutien massif de son clergé ! Le résultat de ces assauts de bigoterie environnementale est d’un coût collectif considérable mais caché. Des normes innombrables et coûteuses, des règles paralysantes, un état d’esprit recroquevillé, affectent le dynamisme économique, l’esprit d’entreprise, les équipements collectifs et la confiance dans l’avenir »  

voir aussi sur le fameux jour du dépassement

mardi 18 octobre 2011

J. Batteux soutient mon point de vue

Dans Ouest France de ce jour on apprend que dimanche soir J. Batteux a publiquement constaté comme je l'avais fait vendredi dernier  que les nazairiens de gauche devaient désigner le successeur que la " gauche" proposerait  aux électeurs.
Une fois n'est pas coutume !
Cette évolution vers plus de démocratie pourrait-elle connaître d'autres débouchés ?
On peut rêver comme le dit joliment M. Hollande qui, je l'espère, ne parviendra pas aux commandes de notre pays !

dimanche 16 octobre 2011

Le fascisme vert continue ses ravages

 Bové et ses contempteurs détruisent toute recherche agronomique en France :
 suivre le lien

"Des arracheurs s’en sont récemment pris à des champs de tournesols obtenus par des mutations chimiques destinées à obtenir des variétés résistantes à un herbicide, sans devoir recourir à la sélection classique trop lente ou à la transgenèse. Les plants de tournesol obtenus par ce procédé classique en agriculture, ont été dénommés OGM cachés pour justifier leur destruction2. Nous sommes là à un niveau de confusion et de démagogie que l’on ne croyait pas possible."

Toutes les vieilles ficelles totalitaires sont à l’œuvre dont la police spontanée assurée par des milices de  braves citoyens défenseurs de la vertu !

samedi 15 octobre 2011

Primaires : L'erreur des socialistes

Que nous ne devons pas commettre dans une consultation semblable, c'est le deuxième tour!
Par l'enjeu et les circonstances, le choix entre les 2 impétrants arrivés en tête institue un climat de rivalité entre les candidats et leur équipe qui annule l'effet positif de la consultation ouverte !

Pour le cas des municipales dans notre ville, il est impossible d'avancer pratiquement tant que l'élection présidentiel et les législatives qui la suivent n'ont pas eu lieu.
Comme le faisait remarquer Kevin Izorce, certains centristes en cas de victoire de la gauche pourraient d'autant rallier la gauche que c'est déjà le cas de Grenoble à Lille en passant par Strasbourg, et qu'une distribution de maroquins permettraient d'asseoir une majorité parlementaire peut être un peu juste pour d'éventuelles modifications constitutionnelles.

Mais ils restent, au moins, 2 autres conditions à remplir pour organiser une primaire à droite et au centre pour désigner qui mènera le combat contre les socialos à la municipale :
L'une technique dans la définition, la constitution du corps électoral concerné et le mode d'inscription qui s'ensuit. Il faut éviter que ce corps électoral soit l'objet d'entrisme !
L'autre, plus politique, qui est l’interrogation centrale que le leader du centre au conseil municipal a rappelé tant dans la réponse fort courtoise qu'il m'a faite dés hier que dans l'interview paru dans OF de ce jour : "Une candidature unique de la droite et du centre, c'est une recette qui n'a jamais marché en au moins 30 ans à Saint-Nazaire, je ne vois pas pourquoi cela fonctionnerait demain". *1
Réflexion que j'avais, pour ma part, avancée d'une autre manière dans l’édito parue dans le bulletin municipal d'avril  sous le titre Échec, réconciliation, rénovation ? Que Faire ?

En attendant que la réflexion progresse pour 2014, la procédure des primaires pourrait-elle nous être utile pour les législatives de l'an prochain ? 
Compte tenu de l'annonce du nouveau centre sur le principe de sa candidature, il apparaît difficile de procéder à une primaire ouverte. 
Par contre, il faut envisager une consultation à un seul tour des adhérents de l'UMP, circonscription par circonscription, lorsqu'il n'y a pas de sortants repartant, sur la base du fichier cumulé des 5 dernieres années soit par un processus informatique soit par un vote classique. Le niveau national retenant le candidat arrivé en tête sauf trop faible participation, à définir. 
Néanmoins si la situation politique créée par la présidentielle permettait une candidature unique de la droite et de la gauche, la perspective d'une primaire ouverte reprendrait tout son intérêt mais trop tard !  

*1 Notons qu'au 2 dernières municipales il y avait 2 listes distinctes et que cela n'a pas amené le succès non plus!

vendredi 14 octobre 2011

Primaires ouvertes à Saint-Nazaire ?!

Les sympathisants de gauche devront choisir leur candidat pour la présidentielle de l'an prochain entre deux énarques, vieux routiers de la politique politicienne dans notre pays, dont la responsable de la plus grand désorganisation qu'ai jamais connue nos services publiques d'état grâce aux 35 h ; Il n'y a donc guère à se féliciter de tant d'efforts pour une alternative aussi faible!
Par contre, est remarquable le processus qui consiste à appeler, par delà les frontières du parti dominant d'un coté de la vie politique, tout les citoyens qui se sentent concernés par cette orientation, à choisir qui incarnera  le camp qu'ils appellent de leurs vœux ; cela peut révolutionner notre organisation partisane ; on peut même comprendre que les primaires ouvertes ( et non réduites dans un parti comme celle des verts récemment) annonceraient la fin des partis traditionnels.
Gageons que les petits arrangements entre baronnets locaux et apparatchiks qui permettent la distribution des places et donc la "carrière" politique vont faire de la résistance.
Nous venons d'en avoir un exemple à l'occasion du lancement par M. Samzun de son association en vue de préparer la municipale de 2014  : en soi une bonne chose pour la démocratie dans notre ville ; or cette annonce était  accompagnée de déclarations de l’intéressé, contresignées par celles de la secrétaire de section du PS nazairien, affirmant que seule la section socialiste prendrait la décision finale sur le dirigeant appelé à incarner  la gauche républicaine pour succéder à Batteux ;
4400 électeurs nazairiens pourraient donner un avis sur le candidat à la présidentielle, mais pas sur celui à la municipale! Étonnant non, et quelque peu contradictoire ;
Laissons leur le temps d'assimiler cette contradiction.
David Samzun et ses concurrents connus ou à venir devrait comprendre que la reconduction des socialos par 40% de 52% des électeurs en 2008 a créé un déficit de légitimité que la gauche ne peut effacer qu'en rassemblant autour d'un leader qui dépasse les petits arrangements internes.

Ne devrions-nous pas d'ailleurs en prendre de la graine à droite et au centre ?  Une primaire ouverte qui désignera la tête de liste acceptée par tous, doit être envisagée si nous voulons faire autre chose que de la figuration en 2014.
J'invite par la présente les personnalités de droite et du centre de notre ville à se réunir pour tenter d'en définir les voies et moyens de manière à ce que cette désignation puisse intervenir bien avant l'échéance de 2014.

mardi 11 octobre 2011

Démondialisation : 200 pays, 200 ans 4mn

Après le succès que l'on sait de M. Montebourg, il faut remettre les pendules à l'heure ;
c'est ce que fait un professeur anglais à travers une vidéo tout à fait compréhensible pour un non anglophone   Cliquez sur le lien et laissez passer l'intro début à 32 secondes

Voir aussi l'INSEE :
En 2009 les dix premiers clients de la France étaient les suivants :
1 Allemagne 55.5 Mds €
2 Italie 28.4
3 Espagne 27
4 Belgique 25.7
5 RU 24.5
6 EU 19.7
7 PB 13.8
8 Suisse 10.1
9 Chine 7.9
10 Pologne 5.2
  Total 217.8 
Et les dix premiers fournisseurs :
1 Allemagne 71.5 Mds €
2 Belgique 32.6
3 Italie 31.6
4 Chine 29.9
5 EU 25.1
6 Espagne 25
7 RU 18.3
8 PB 16.7
9 Suisse 9.7
10 Russie 9.3
  Total 269.7
On constatera que la Belgique est un partenaire commercial plus important que la Chine. C’est bien avec l’Europe que la France réalise l’essentiel de ses échanges, en dépit de la mondialisation grandissante.

dimanche 9 octobre 2011

SDIC : Le Goliath nantais est bien vivant !

Dans Ouest-France de hier : Pour gonfler sa réputation, la métropole Nantes/Saint-Nazaire lance la marque "Nantes Just Imagine" et le portail internet, www.nantes-just-imagine.com. 
Le journaliste, Philippe GAMBERT,  continue ainsi (cliquez pour lire l'article intégral) :

"Quelques mots pour mieux vendre Nantes à l'international. 
Jeudi à la Fabrique, lieu emblématique de l'esprit inventif nantais, devant la foule des gens qui comptent, Patrick Rimbert, 1er adjoint au maire de Nantes, Joël Batteux maire de Saint-Nazaire et Jean-François Gendron, président de la Chambre de commerce de Loire-Atlantique, ont expliqué la stratégie de Nantes et Saint-Nazaire pour gonfler leur réputation à l'étranger"...
"« Il faut donner envie de venir à Nantes », a souligné Christophe Le Bret, le directeur de l'agence internationale présidée par Jean-Marc Ayrault, absent sous la nef, hier soir, mais présent par vidéo interposée"
"L'agence internationale de la métropole Nantes/Saint-Nazaire est chargée d'animer et de porter cette stratégie commerciale. « Notre objectif est de diffuser le nom de Nantes et la qualité de notre territoire à l'international », conclut son directeur."

S'il y en a, encore, qui n'ont pas compris, ce n'est pas faute d'explications !

La métropole Nantes Saint-Nazaire était bicéphale selon Maitre Batteux ; on n'en voit qu'une, pourtant, de tête;

Mais derrière les réceptions et discours, il y a une réalité dont nous devons être bien conscients le niveau local de décision (la foule des gens qui comptent) c'est à Nantes désormais. 

Or la métropole n'est pas même encore une réalité juridique, si ce n'est dans le syndicat du SCOT ; mais le SDIC retient cette évolution.
"l'ensemble des acteurs publics ont décidé d'unir leurs destins pour développer une éco-métropole de 850 000 habitants" dixit le CNAM ; Peut être mais qu'en pensent la population ? 
Les acteurs publics, notion d'ailleurs tout à fait mystérieuse et un rien discriminatoire, ce n'est pas la démocratie.

P.S. :
Notons que le vrai maître de la métropole n'était pas présent en chair et en os pour recevoir ses féaux à cette énième cérémonie de triomphe! 
Notons aussi qu'en ces temps ou certains s'interrogent sur l'avenir du Breton en Bretagne, l'anglais s'impose ?

Que deviennent Audacity et les audacityzens ? Le lancement à grand frais de l'an dernier aurait pu être évité car on ne voit plus bien à quoi cela sert maintenant !

jeudi 6 octobre 2011

SDIC : Trignac dit non à ... Goliath

Le conseil municipal de Trignac n' a pas hésité à voter contre le projet préfectoral à l’unanimité ! (cliquez sur le lien pour y accéder)
Peut être ont-ils été, comme moi, interloqués par la fin de la page 17 et le haut de la page 18 qui, sous le titre " Encourager et accompagner l’émergence de pôles métropolitains" et, plus encore quelques lignes au dessus par " accompagner l’émergence d’une métropole"  parlant du développement de la communauté urbaine de Nantes, ouvrent des perspectives quelque peu surprenantes et qui mériteraient un vrai débat ?!
C'est ce que j'avais modestement essayé avec mon amendement tendant à étudier une fusion avec nos voisins pour nous donner ici dans le finistère de l'estuaire les moyens de ne pas passer sous les fourches caudines nantaises sans réflexion.
Qu'ont à gagner nos intérêts dans des évolutions vers une métropole unique avec Nantes ? Ne serions-nous pas perdant ? Ne devrions-nous pas plutôt tenter de créer notre propre pôle métropolitain à partir des 2 principales communautés d'agglo de notre presqu'île ?
A prés tout, le seul bassin d'emploi de Saint-Nazaire est plus important en population résidente comme en emplois et en richesse que prés de la moitié des départements de notre pays!
Comme pour l’Europe, nous assistons à des gestes successifs qui définissent un avenir que nous n'avons pas choisi mais qui sont dans l’intérêt exclusif de la bureaucratie qui les promeut contre la volonté populaire.

L'organisation des intercommunalités pour éviter les doublons, intégrer toutes les communes et clarifier les compétences est une chose ; fabriquer une communauté ou un pôle sur un teritoire aussi grand en est une autre qui mérite que les éléments des choix possibles soit proposés à la population et l'avis de celle -ci sollicité.
Nous ne demandons pas à David Samzun et à son association toute neuve de prendre position dés maintenant sur ce sujet ; laissons lui le temps de fabriquer sa fronde ! mais il faudra à droite comme à gauche présenter un choix clair à nos concitoyens lors des élections municipalo-communautaires de 2014.

P.S. : Je ne suis pas certain que l'amour pour les gros machins offrant plein de postes de chefs qui caractérisent notre pays soit  très efficace ni très démocratique !

lundi 3 octobre 2011

Démocratie représentative au conseil municipal

Lors de l'examen de la modification du règlement intérieur, les conditions d'expressions durant le conseil ont fait l'objet d'une dénonciation par les autres composantes de l'opposition ; or ce n'est pas, selon moi, le cœur des entraves à la démocratie représentative que nous constatons. 
L’exécutif nazairien met en place un ensemble de pratiques qui affaiblit la fonction des représentants de la population au conseil au profit de la direction municipale.
Le dernier conseil en contenait quelques unes mais commençons par la première: 
Réduire drastiquement le nombre annuel de conseil ; sept sauf convocation extraordinaire demandée par le préfet comme en juin dernier ; avantage double pour la direction municipale : 
1) diminuer les occasions pour l'opposition de faire connaître son point de vue, mais surtout permettre à l’exécutif municipal de fixer le tempo et le contenu de la présentation de ses politiques comme si l'assemblée municipale ne jouait aucun rôle et que seul comptait les décisions prises dans le débat secret ou presque au sein de l’exécutif ; un peu comme au sommet de l'état ! ce que dénonce habituellement les socialos.
2)  l'ordre du jour est surabondant ; donc l'examen des questions se ramène rapidement à l'expression d'oppositions de principe car les conseillers minoritaires, qui ont reçu la documentation  le samedi matin précédant le conseil, n'ont pu se pénétrer de toutes les questions abordées ( 45 pages pour la politique du fanal, 27 plus des références indispensables pour le SDIC, etc.)
Notons qu'il en est de même pour les conseillers majoritaires qui ne sont guère au courant que du domaine dont on les fait rapporteurs au détriment d'une vue politique globale.

Ensuite, Réduire à rien le rôle des commissions thématiques du conseil ; Elles sont convoquées quelques jours avant pour une présentation par l'adjoint des délibérations du conseil ; Quand elles le sont !
Par exemple, les rapports de la chambre régionale des comptes n'ont pas été étudiés par la commission des finances.
Les membres de celle-ci n'ont pas reçu ces rapports dans les jours suivant leur réception en mairie .
Aucun vrai travail préalable ne se déroule en commissions ; il n'y a ni travaux préparatoires autres entre les conseils, ni auditions de quiconque préparant les décisions! 
Un fonctionnement démocratique normal aurait entrainé, bien avant notre dernier conseil, la présentation par Mme la directrice du Fanal de son projet à la commission suivi d'un dialogue qui aurait pris son temps entre cette personnalité et les commissaires ; cette présentation et l’échange qui s'en serait suivi aurait pu être ouvert pour audition aux autres conseillers voir au public sans droits d'intervention bien sur. Il aurait pu en être de même pour la réflexion sur les conseils de quartier, le SDIC, la mission médiation tranquillité publique ou les rapports de la chambre des comptes ; tout points sur lesquels l'information et le travail étaient possibles plusieurs semaines avant le conseil. 
Ce processus n'empêcherait pas la majorité du conseil de gouverner loin de là! peut être cela rendrait-il, certaines fois plus compréhensibles, voire mieux acceptés, les projets municipaux. En tout cas cela permettrait à la démocratie représentative d'exister dans notre ville.

Dans le règlement intérieur adopté par la seule majorité, je ne regrette pas l’organisation du temps de parole de l'opposition et plus largement des groupes, elle est nécessaire, mais je regrette l'absence de limitation aux interventions des adjoints et rapporteurs : là aussi 5 mn me semble suffisant; quant à la réponse aux opposants, elle doit pouvoir tenir en 2mn !
..............
      

mercredi 28 septembre 2011

Retour sur le conseil municipal (suite) du 23/09/11

J'ai souvent l'occasion de constater que sur la plupart des délibérations je suis, avec Éric Edom, le seul intervenant contre les propositions de la majorité et plus encore lorsqu'on passe au vote !
Il en fût de même, cette fois-ci, malgré le climat de fortes colères contre la majorité exprimé à l'occasion de la délibération sur le règlement intérieur ;
Le groupe centriste sorti néanmoins de son silence habituel grâce aux 2 interventions** de Jean Christian Diat, enfin parvenu à faire court, dont celle, remarquable, sur la situation économique et sociale abordée à l’occasion du rapport de la chambre régionale des comptes.
Il a eu le mérite d'aborder dans sa première intervention une question centrale qui explique aussi la dégradation des rapports entre la majorité du conseil et les oppositions : " ... il serait interdit (à l'opposition) d’en (la situation économique et sociale) parler au Conseil Municipal, dans un lieu qui est au niveau local, le centre de la vie politique ! " a-t-il très justement déclaré.
Les adjoints ne se privent pas, eux, d'attaquer la politique gouvernemental lors de leurs présentation, par contre et par exemple!
J'ai fait remarquer à M. Provost que, sans politique gouvernemental favorable, il ne pourrait se vanter de la construction du théâtre; il en est de même d'ailleurs pour la création de voies réservées* pour les bus.
Mais il est vrai que nos socialos représentent le bien, la bonne politique menée dans l’intérêt général même quand ils se foutent dedans.
Intervenant derrière mon homonyme Bernard au sujet de la délibération sur l'Erika je remarquais que la situation juridique n'avait pas changé depuis notre délibération du 7 mai 2010; qu'alors, ils avaient refusé, avec force, la décision de la cour d'appel et que, maintenant, ils nous proposaient de signer une convention pour son application sous réserve d'un point dont est saisi la cour de cassation.
Soit la position que j'avais soutenu l'an dernier à l'appui de mon abstention !
Je suis bien sur ravi de les voir rejoindre mon point de vue un an après. Déguster un pastèque fraiche par cette température caniculaire est un vrai plaisir.
Je dois regretter que Nathalie Bruneau n'ait pas soutenu un discours plus long sur le contrat d'objectifs du fanal; elle m'avait annoncé qu'elle l'avait lue entièrement et je m'attendais à mieux qu'une intervention d'une minute 05.
La culture de Nathalie, par ailleurs femme d'extrême gauche, est admise par tous, sauf les ignares, dans notre conseil. Son avis m’importait donc beaucoup. Dommage !

P.S. :
*Je parle des voies réservées et des aménagements connexes de voirie, car je reste fort inquiet du niveau de l'offre de services qui me paraît insuffisante pour déclencher un changement de comportement des nazairiens !
** Jean Christian Diat réussit le tour de force de présenter une critique de la situation économique acceptable aussi bien par les libéraux que par la gauche étatiste.

Addendum : Notre groupe a aussi voté contre le rôle d'éditeur que se donne la mairie de Saint-Nazaire qui non seulement subventionne avec les autres Collectivités socialos une revue confidentielle, "Place publique", à la gloire de l'action passé et présente de la gauche étatiste dans notre département, mais assure l'édition de quelques artistes qui viennent nous visiter ; je pense que cela n'est pas le rôle de nos collectivités.

Du pouvoir ...

"Nous savons tous, à force d'avoir entendu répéter la formule de Lord Acton, que le pouvoir corrompt. Nous sommes, en revanche, moins conscients du fait qu'il engendre la sottise ; du fait que le pouvoir d'ordonner provoque souvent l'incapacité de penser." in Barbara Tuchman : La Marche folle de l'histoire, Robert Laffont, Paris, 1985.
A tous les échelons, de  l'état à la municipalité, remettre en cause notre organisation, notre régime politique, celui de la monocratie, celui de nos monarchies avec leurs cohortes de courtisans !
N'est-ce pas ce qu'aurait du déclarer notre opposition vendredi dernier ?
Lire sur le site de la droite libre

mardi 27 septembre 2011

Les contes des energies durables

A découvrir en cliquant ici

Il s'agit de l'étude, à partir du cas de la "politique" allemande de l'énergie, de l'efficacité et du coût des énergies "renouvelables".
Bonne lecture !

Retour sur le conseil municipal de St-Nazaire du 23/09

Un conseil tellement riche qu'il en était fatiguant : 4 h 30 d'attention continue et d'interventions , pour ma part du moins, multiples sur tous les pôles. La presse s'est fait l'écho de certaines d’entre elles.
Difficile pour les conseillers d'opposition qui ont à peine cinq jours pour rentrer dans les sujets de remplir leurs fonctions sans tomber dans l'affrontement vain !
Par solidarité avec le reste de l'opposition, notre groupe a voté contre la modification du règlement intérieur proposée par l’exécutif ; modification bien anodine et en rien liberticide à mes yeux : la maladresse du maire, qui aurait du nous recevoir ou faire recevoir pour présentation d'une question qu'il savait sensible, n'est pas vraiment en cause dans la vivacité de la réaction de nos collègues ex Modem ou d'extrême gauche. 
Ceux-ci perpétuent l'erreur qu'ils ont commis dés leur candidature : croire que la liste, l'alliance, qu’ils avaient combattu, restée majoritaire, les associeraient, ne serais-ce que marginalement, à l'exercice du pouvoir, d'autant que l'élection avait démontré que cette union était minoritaire dans la population.
N'ayant jamais partagé cette illusion, nous nous contentons d'essayer d'obtenir un peu plus que le minimum légal en matière de transparence et de défendre le point de vue des électeurs qui nous ont envoyé au conseil.
Nous sommes satisfait quand nous y parvenons et que nos positions parviennent à l'extérieur de notre assemblée. Lorsqu'un dialogue, même s'il aboutit à un refus, s'instaure comme sur le Schéma départemental d'intercommunalité ou l'état de la sureté dans notre ville, entre autres, nous nous réjouissons.
Sur le SDIC, nos positions me semblent tout à fait conciliables, je ne vois aucun inconvénient à rajouter "Loire et Sillon" aux 3 communautés dont je proposais l'union et j'ajouterais la communauté de Ponchateau qui releve aussi des mêmes caractéristiques géographiques "partageant, en plus de la présence humide de l'eau douce et salé, la même situation géographique de finisterre,  unis par de fort liens économiques et constituant pour leur population une seul zone d'emploi et de vie". 
Chacun défendant l'émirat, l'intercommunalité, dont il est souverain, les résistances se manifestent mais je n'ai pour ma part aucun pot de beurre à défendre ; j'ai donc toute liberté pour proposer la mutation que l'avenir de nos populations demande.

PS : Le mot émirat fit bondir Michel Ray qui me fait face au conseil ; Afin d'éviter tout déviation du débat (le politiquement correct semblant interdire l'usage de tout mot ou notion issue d'une civilisation différente) je le remplaçais donc par principauté dans la seconde qui suivit, reprenant là l'usage lancé par M. Izorce pour Saint-Nazaire. 

Pour son édification et un bon aperçu de la richesse de la langue française, je lui donne ci-dessous la liste des synonymes établie par mon correcteur :

ÉMIRAT : Dignité — beylicat, consulat, décanat, directorat, haut-commissariat, khalifat, khédivat, landgraviat, lectorat, magistère, mairie, majoralat,   maréchalat, notariat, pairie, préfecture, présidence, principauté, proconsulat, procuratie, régence, rhingraviat, royauté, sommellerie, sous-préfecture, sultanat, tutorat. 
Précisons que le nom de la dignité nomme à son tour le territoire ou les services que couvre cette dignité (fonction)