« Soyez donc résolus à ne plus servir et vous serez libres. » Étienne de la Boétie dans "la servitude volontaire" ou "Contr’Un" 1549.
Sourate 9, verset 29 «Combattez ceux qui ne croient ni en Allah ni au Jour dernier, qui n’interdisent pas ce qu’Allah et Son messager ont interdit et qui ne professent pas la religion de la vérité, parmi ceux qui ont reçu le Livre, jusqu’à ce qu’ils versent la capitation par leurs propres mains, après s’être humiliés»
Sourate 60, verset 4 :"Entre vous et nous, l'inimitié et la haine sont à jamais déclarées jusqu'à ce que vous croyiez en Allah, seul"
3,28 : « Que les croyants ne prennent pas, pour alliés, des infidèles, au lieu de croyants. Quiconque le fait contredit la religion d’Allah, à moins que vous ne cherchiez à vous protéger d’eux » fondement de la taqqya. ou bien Sourate 5, Al-Mâ’idah, La Table servie, verset 51 :« Ô les croyants ! Ne prenez pas pour amis les Juifs et les Chrétiens ; ils sont les amis les uns des autres. Et celui d’entre vous qui les prend pour amis devient un des leurs. Allah ne guide certes pas les gens injustes »
Sourate 47 verset 4 : "Lorsque vous rencontrez (au combat) ceux qui ont mécru frappez-en les cous. Puis, quand vous les avez dominés, enchaînez-les solidement. Ensuite, c'est soit la libération gratuite, soit la rançon, jusqu'à ce que la guerre dépose ses fardeaux. Il en est ainsi, car si Allah voulait, Il se vengerait Lui-même contre eux, mais c'est pour vous éprouver les uns par les autres. Et ceux qui seront tués dans le chemin d'Allah, Il ne rendra jamais vaines leurs actions."
Nul ne peut rester indifférent devant la propagation, sous prétexte religieux, du pire système social ! Si on combat l'esclavage, la soumission des femmes, la peine de mort, les châtiments physiques cruels et mortels, l'interdiction de l'homosexualité, etc. on combat l'islam!

Il ne faut jamais nier à l’ennemi la capacité à être plus intelligent que soi"

lundi 30 avril 2012

Battre Hollande est possible, nécessaire, vital !

22% des citoyens certain d'aller voter seraient encore indécis et l'écart entre les candidats se réduit ( les sondages) .
Pas une voix de la droite et du centre ne doit aller à gauche et ramener les socialos au pouvoir !
Rien n'est joué à ce jour, rien n'est plié comme essaye de nous le faire croire des journalistes très majoritairement à Gauche ; Déjà selon eux NS ne devait pas figurer au second tour, il y a quelques mois, puis Mélanchon devait faire un score fabuleux, la gauche était majoritaire dans le pays et les français haïssaient notre président; tout cela s'est révélé faux !
Nicolas Sarkozy, qui ne lâche rien devant le déferlement de haine qui essaye de le submerger, est le président qui peut relever notre pays de la situation périlleuse qui est celle de tout les pays européens.
Pour l'avenir et l'intégrité de notre nation, F. Hollande est un  danger qu'il faut écarter.
Il serait paradoxal que les électeurs de droite les plus convaincus de l'avenir de notre peuple, de notre nation permette à Hollande, qui veut la dissoudre, de le faire.
Sarkozy doit être reconduit pour 5 nouvelles années de rétablissement du pays.

samedi 28 avril 2012

Espagne : une demande d'interdiction du coran

"un réfugié pakistanais résidant en Espagne, a réussi ce qui a priori semblait impossible : sa pétition demandant l’interdiction du coran en Espagne sera examinée par le Comité constitutionnel du Congrès des députés"
Lire l'article sur Poste de veille (cliquez sur ce lien) et spécialement le commentaire d'Hélios d’Alexandrie sur la comparaison entre le statut de la bible et celui du coran chez leurs thuriféraires respectifs;

extraits : " Les musulmans en grande majorité commettent la même erreur, celle de penser que les juifs et les chrétiens croient que la bible est la parole de Dieu, de la même façon que les musulmans croient que le coran est la parole d'Allah, ce n'est heureusement pas le cas. Les livres de la bible ont été rédigés par des hommes et leur contenu est jugé à sa propre valeur"

Sur l'immigration et le positionnement des politiques lire ici (cliquez)

mercredi 25 avril 2012

L'hyprocrisie perdante

L'irresponsabilité d'une droite perdante.
Plus de 6 millions de français se sont exprimés au soir du premier tour de l'élection présidentielle sur un choix de vote en faveur du FN.
L'erreur fondamentale de la droite parlementaire de la majorité présidentielle, est de penser qu'il existe 6 millions de français de l'extrême. C'est en tous points ridicule, car sur ces 6 millions de personnes responsables, seulement quelques centaines de milliers tendent vers ces extrêmes.
En effet, ne pas vouloir considérer plus de 5 millions de personnes perdues qui s'insurgent, qui revendiquent avec légitimité, affiche en vérité un refus de considérer leurs difficultés, une simple prise en compte de leurs soucis quotidiens.
Ne pas vouloir négocier une plateforme gagnante à droite par un appel à un large rassemblement à la seule crainte de quelques poignées de l'extrême, c'est une assurance de mettre à la manœuvre des socialistes qui:
 
-Vont détenir l'Elysée
-Détiennent le SENAT
-Détiennent les Régions
-Détiennent les départements
-Vont détenir l'Assemblée Nationale.
 
Sur ces bases également, la proportionnelle inexistante dans les assemblées parlementaires exclue 6 millions de français, ce n'est pas raisonnable.
 
Donner le pouvoir aux socialistes, c'est l'explosion sociale avant Noël.
A ce titre, UDR,RPR,UMP, je n'ai pas été favorable au quinquennat réduisant de facto les pouvoirs de l'exécutif que représentait l'Assemblée Nationale.
La Co habitation par le truchement d'un septennat pouvant être remis en cause par un renversement de la représentation nationale, était une faculté de dire NON à tout moment à l'orientation politique, dès lors qu'elle ne prenait plus le chemin de l'intérêt national. Nous nous sommes ôtés cette capacité, que reste-t-il sinon le pouvoir de la rue, dommageable à bien des égards. C'est comme cela que les révolutions se fomentent.
 
Pas d'hypocrisie de circonstance, d'orgueil, d'arrogance, si la droite veut gagner, ce que je souhaite de toutes mes forces, il ne faut pas rejeter 6 millions de français qui ne sont pas des extrêmes, mais de simples déçus d'une situation qu'ils vivent au quotidien depuis trop longtemps, En poursuivant de la sorte, c'est donner de l'importance à quelques marginaux extrémistes démarche qui va faire gagner la gauche!
 
Se tirer une balle dans le pied, c'est de l'inconséquence voire une irresponsabilité à court terme.
 
 
Philippe Jégoudez

mardi 24 avril 2012

Résultats de la 8° circonscription


  8 % des exprimés % des inscrits
Inscrits 81 009
Votants 66 528
Blancs et nuls 1 095    
Exprimés 65 433    
JOLY 1 781 2,72 2%
LE PEN 8 871 13,56 11,0%
SARKOZY 12 373 18,91 15,3%
MÉLENCHON 10 047 15,35 12,4%
POUTOU 998 1,53 1,2%
ARTHAUD 506 0,77 0,6%
CHEMINADE 134 0,20 0,2%
BAYROU 5 818 8,89 7,2%
DUPONT-AIGNAN 1 160 1,77 1,4%
HOLLANDE 23 745 36,29 29,3%

lundi 23 avril 2012

Les jeux ne sont pas faits

Nicolas Sarkozy peut encore l'emporter ; les voix de droite (NS, MLP, N D Aignant) représentent 47,1% des suffrages en France ; soit plus que le total des voix de gauche.
Le report des électeurs de MLP et de FB sera décisif.
A  Saint-Nazaire c'est 32.77% que recueille la droite seule sans le centre, 8.76%, qui retrouve son score  des dernières élections. Avec plus de 41% le rassemblement des forces opposées à la gauche n'est pas ridicule dans notre ville !

Voir les résultats par département sur "les Échos" cliquez

voir aussi les observations de M. Tandonnet  cliquez
extraits ..."Les élites politiques et médiatiques s’enferment dans un aveuglement sidérant, qui confine à l’autisme.  Elles ne veulent absolument pas voir ni entendre les causes profondes du malaise voire de la douleur  qui s’expriment dans ce vote : l’inquiétude face à l’immigration et l’insécurité, le rejet du communautarisme, de l’assistanat, la force du patriotisme et la condamnation d’une  Europe bureaucratique qui ignore les peuples."...

La droite majoritaire chez les ouvriers (cliquez) pour laquelle 47% d'entre eux votent contre 40% pour la gauche

samedi 21 avril 2012

ARRETONS CES DISCUSSIONS DE BRUNS

En cette fin de campagne, 10 peoples expliquent dans "Le Monde" daté du 20 avril pourquoi ils appellent à voter pour… Cependant, l'UMP fait circuler un spam qui donne 5 bonnes raisons de voter Sarkozy. Je ne vois pas les choses tout à fait comme elles sont présentées dans ce spam et plutôt que de me contenter de le faire circuler, je veux vous donner cinq bonnes raisons à moi qui vont me pousser à voter Sarkozy dès le premier tour. Mon seul problème étant de me limiter à 5.

  1. La première bonne raison est illustrée par un docu diffusé récemment et consacré à l'affaire géorgienne de 2008. Il apparaît clairement que l'activisme tant brocardé de Nicolas Sarkozy a évité, cet été là, le bain de sang qui allait inéluctablement résulter de la collision entre un jeune Président inexpérimenté au sang chaud (Saakashvili) et un tsar totalement dénué d'humour (Poutine). Les mères géorgiennes doivent une fière chandelle à notre Président qui a su avec beaucoup de ténacité obtenir un accord. On le sait, nous allons affronter du très gros temps dans les mois et les années qui viennent. La mondialisation et la perméabilité des frontières physiques ou virtuelles sont des réalités qu'une idéologie ne peut combattre. J'ai envie de confier la barre à un skipper tenace et expérimenté.
  1. Ma deuxième bonne raison, c'est le caractère positif du bilan, si l'on veut bien se donner la peine de regarder un peu au-delà de nos frontières, bilan obtenu coincé entre une crise mondiale gravissime et un peuple de France gâté pourri et immature, toujours  prêt à descendre dans la rue dès que l'on fait mine de vouloir lui réduire le moindre avantage acquis. Si, bien sûr, tout n'est pas rose, Sarko laisse derrière lui un pouvoir d'achat et des avantages sociaux maintenus et plus de réformes conduites ou entamées qu'aucun Président n'en a jamais engagées en cinq ans. Et vouloir le lui dénier me paraît particulièrement de mauvaise foi.
  1. Ma troisième bonne raison est que derrière ce Président, il y a des hommes et des femmes à peu près d'accord sur le fond, sur la ligne générale. Dans le gros temps, c'est pas plus mal ! L'idée que cet invraisemblable attelage présenté au paddock socialiste des primaires (de Montebourg à Valls, il y a de la marge !), encadré par les postillons Méluche (qui dicte sa conduite sur la rue - il l'a dit et redit) et Joly (houspillée par Duflot), pourrait être amené à tracter la France m'atterre. Qu'obtiendrait-on d'une paire de bœufs que les membres de la ferme, désunis, feraient aller à hue et à dia ?
  1. Ma quatrième raison, que j'ai, chevillée au corps, est l'idée simple que ce sont les entrepreneurs qui font l'emploi. Je suis lassé de cette chasse aux patrons, présumés cupides, qui n'appartiendraient pas à la catégorie des « travailleurs », cette haine des riches. La fortune de Martin Bouygues ne me dérange nullement. Comme moi, ce garçon ne mange que deux fois par jour. Et comme moi, sans doute, il aime les pizzas. Il est le détenteur provisoire d'une fortune qu'il a le Devoir de faire prospérer en investissant et embauchant, afin de payer beaucoup d'impôts et d'essaimer ainsi la prospérité. Pas plus que ne me choque la prime de Monsieur Lévy, accordée par la première fortune socialiste de France, Madame Elizabeth Bleustein-Blanchet, épouse Badinter, pour cinq années de bons et loyaux services. J'observe que mon candidat est acquis à cette idée simple. Il l'a prouvé en prenant, avec courage, une mesure juste et intelligente qui a été de ramener dans ma profession de bistrotier une TVA à un taux uniforme, callé sur le taux de la matière première. C'était juste car il était insupportable de voir un routier pénalisé de 15 % de sa recette par rapport à un Mac Do. C'était intelligent, car ma profession, grosse pourvoyeuse d'emplois, était tuée à petit feu par un coût du travail excessif. C'était courageux, car ça ne pouvait que lui rapporter un tollé de critiques. Ca n'avait rien à voir, ni de près, ni de loin avec une quelconque niche fiscale. A l'inverse, je suis atterré par ce projet stupidement contre-productif et tragiquement démagogique de vouloir taxer un revenu à 75 %, efficace incitation pour les jeunes talents à aller voir ailleurs (ce que je ferais sans le moindre scrupule si j'avais quarante ans de moins).
  1. Last but not least, je déteste l'injustice et l'excès. Les maladresses de comportement, les histoires de Fouquet's (après tout, ce n'est qu'une brasserie de luxe sur les Champs, à proximité de la Concorde et dont le patron est un de ses potes), je m'en bats les flancs. Le sujet, c'est la capacité ou non d'un homme à piloter la cinquième puissance mondiale. Et on lui envoie dans les gencives des histoires de montres bracelet, des choix de destinations de vacances, une insulte lancée à un mec qui devait être particulièrement gonflant. Arrêtons ces discussions de bruns (ma femme m'a censuré les blondes). Et posons-nous la question de savoir d'où peut venir ce rejet irrationnel, démesuré, à l'égard d'un homme qui ne s'est pas conduit en tyran et dont le bilan est loin d'être aussi négatif qu'on veut bien le faire croire. Je m'interroge sur une France qui n'est pas toujours jolie jolie dans ses comportements, la France de 40, unie derrière son Maréchal et, au fond, pas vraiment révoltée de voir rouvrir le Vel d'hiv, la France de 62, insensible au massacre des harkis. Dans cette incroyable détestation, n'y a-t-il pas un peu de racisme inconscient à l'égard d'un petit juif hongrois, au mode de vie et aux valeurs trop modernes ? Le même racisme latent qui va créditer une norvégienne ménopausée, pourtant chevalier blanc de la corruption et qui aurait dû se contenter d'être porteuse des vraies problématiques de demain, d'un score qu'on mesurera avec deux doigts d'une main. J'aime l'ouverture, je déteste le sectarisme et les chapelles. Qui a nommé une beurette Garde des Sceaux, qui a choisi un Président de la Commission des Finances et un patron de la Caisse des Dépôts dans le camp adverse, qui a mis en place le RSA ? Je vote, sur preuves, pour un candidat qui se comporte en homme d'ouverture sociale libérale.
Pour conclure, je ne m'apprête pas à choisir un copain avec qui partir en week-end. Qu'Yves Simon arrête son délire: non la France ne se choisit pas un amant (Le Monde du 20 avril). Je veux un Président qui n'hésite pas à mettre les mains dans le cambouis au moment où le moteur connaît de sérieuses ratées. Non, l'exercice du pouvoir n'est pas propre (et les socialistes n'ont aucune légitimité pour donner des leçons à cet égard). On peut voter Sarkozy sans être obnubilé par le traitement de l'immigration (pourtant nécessaire) et sans forcément approuver la chasse aux roms, tristement démagogique, je suis le premier à le reconnaître.

Honni soit qui mal y pense. Et pardon pour les bruns.

Calixte

PS 1 Savourant l'immense privilège de pouvoir m'exprimer dans un pays démocratique, je fais circuler ce message de façon aléatoire à travers les adresses collectées par la mémoire de ma messagerie. Le recevront des amis, dont beaucoup de socialistes, des collègues, des collaborateurs, des fournisseurs et autres inspecteurs des impôts et, bien sûr, beaucoup d'inconnus un peu surpris. Il est d'abord destiné à ceux qui ne votent pas Sarkozy, aux indécis ou à ceux qui s'apprêtent à quitter le navire (et c'est pas beau !). N'étant pas un cador d'Outlook, vous me pardonnerez les doublons que vous ferez glisser dans la corbeille.

PS 2 Cadeau Bonux pour illustrer la propreté du monde politique et le fait que Nicolas Sarkozy n'a pas le monopole des comportements inappropriés:

PS 3 Si vous approuvez ces lignes, n'hésitez pas à les diffuser. C'est fait !




vendredi 20 avril 2012

Une réflexion sur le fonds

Lu sur un forum de " les échos" ce jour :

"La hantise des politiques c'est le retour du privé comme force sociale autonome et plus largement le retour sur la scène politique d'individus autonomes financièrement et libre d'expression, INVENTEURS DE LA SOCIÉTÉ DÉMOCRATIQUE. Les politiques issus pour la plupart de la société administrative ont identifiés leur rivaux et captent les ressources financières pour se poser en alternative politico-économique! Le politicien professionnel s'invente un profil d'entrepreneur publique avec tous les travers qui en découlent, corruption, népotisme, affairisme. La professionnalisation et donc la durée leur procure une visibilité inédite. C'est bien un combat à l'issue incertaine qui s'engage avec au terme la définition de la liberté!"

Ce type de réflexion sur le fonds a bien manqué dans l'actuel campagne où la réforme du fonctionnement de notre état, (cliquez) la crise de la société française,  l'apparition  avec l'islam d'une société distincte et autonome sur notre territoire,  etc. ont semblé disparaître derrière des débats très secondaires comme l'heure de révélation des résultats des sondages de sortie des urnes

Changement radical


Ci dessous notre édito dans le prochain bulletin municipal parution début mai

Changement radical

Par un arrêt du 5 mars 2012, la CA de Rennes vient de mettre fin, en m'innocentant totalement, à une procédure lancée contre moi par ma colistière dont nous avons enregistré le 23/03/12, la démission, puis le remplacement par Sandra Vandeuren.
Il est bien connu que les querelles politiques internes aux formations sont souvent plus violentes et plus malignes que celles qui les opposent à leurs adversaires sur le terrain électoral !
Croyez bien que je regrette que cela se soit déroulé dans le mouvement auquel j'appartiens.
Hélas, Je crains qu'en 2014, la clique à l'origine de cette péripétie, toujours à l'œuvre, empêche le regroupement des forces de tout ceux qui voudront mettre fin à 89 ans de domination des socialistes sur notre ville.
Mais il y a des facteurs d'optimisme : qu'un de nos collègues, Jean-Christian Diat, ait décidé alors que ses convictions, rooseveltiennes pour le moins, le classe à gauche, de rejoindre notre groupe montre que les conditions d'une très large union pour battre les socialistes, peuvent se créer! J'ai donc le plaisir de vous annoncer que notre groupe change de nom et de composition:
Il s'appellera dorénavant "Changement Radical" dans la perspective de celui auquel nous voulons contribuer pour 2014 et sera composé de 3 membres ; C. Bertin ayant renoncé à en être.
Je continuerais à défendre chaque fois que nécessaire, l'action du mouvement auquel j'appartiens, l'UMP, de notre gouvernement, et de Nicolas Sarkozy et à militer pour que cesse en 2014 l'emprise socialiste sur notre ville.
J.L.Garnier

P.S.:  C. Bertin avait dans un premier temps le mercredi précédent le conseil municipal accepté de faire parti du groupe et signé la lettre de déclaration au maire; il m'a informé le matin même du conseil de sa volonté de ne plus en être.



mercredi 18 avril 2012

retraite de 583.000 euros par an pour Pierre Richard

Décidément il faut lire régulièrement le grand quotidien belge " le Soir" ( conseil de Sandra Vandeuren notre colistière d'outre-Quiévrain) pour apprendre ce qui se passe dans le reste du monde et surtout plein de choses impliquant notre pays.
On y apprend (cliquez) que Pierre Richard qui a mené Dexia l'ancienne banque des collectivités locales de France et de Belgique à la quasi faillite bénéficie d'une retraite fabuleuse...

Pas d'amalgame qu'ils disaient....

Sur Blogueur (cliquez) une remarquable évocation du double langage de la gauche à travers les affaires Merah et Breivik.

 Extraits :
"Le mot d’ordre est très clair, dans l’affaire Merah comme dans l’affaire Breivik : il est interdit d’avoir quelque avis critique que ce soit sur la présence neuve de l’islam.
C’est bien normal, il ne se passe rien, sinon quelques fantasmes de croisés et d’Européens assiégés qui se croient revenus au Moyen Âge. Leur détestable lutte contre le Sarrasin nouveau n’est entée sur aucune réalité. Merah, les assassinats de Théo Van Gogh et de Pim Fortuyn, les caricatures de Mahomet, les divers terroristes à chaussures, l’incendie des locaux de Charlie Hebdo, les débats sur le voile, les piscines, la nourriture hallal, la polygamie, la lapidation, les mariages forcés, tout cela ne seraient que billevesées. L’islam n’est pas du tout un sujet en Europe, qu’on se le dise."

Voir aussi dans "le soir" Belgique un article (cliquez dessus) au titre sans ambiguïté « Que faire face à la problématique islamique ? »  dont extraits ci dessous :
..."Pourquoi dès lors évoquer une problématique islamique ? Parce que les aspects de bon sens, l'attitude de raisonnabilité que les lois démocratiques requièrent des convictions et traditions morales et religieuses, sont menacés de l'intérieur même de l'Islam par des courants, fondamentalistes certes mais qui ambitionnent de constituer la parole unique de l'Islam. Voilà ce qui pose problème. Non pas l'opposition entre un « bon » et un « mauvais » Islam, non pas la distinction entre de « bons » et de « mauvais » musulmans, mais l'unanimisme d'une interprétation unique du Coran qui tend à se substituer à toute autre lecture et à interdire tout autre comportement. La question n'est donc pas celle de l'islamophobie mais celle de la propagation d'un islamisme théocratique dont les excès sont incompatibles avec les règles élémentaires de la démocratie."...

Une analyse lucide malheureusement suivie de considérations bisounoursiennes  mais qui prouve qu'au moins en Belgique on peut débattre !

lundi 16 avril 2012

Le Ministère Publique et la Sanction Pénale

Jeudi 19 avril 2012 à 18h30 à l'AQUILON (rond-point Océanis à Saint-Nazaire),
une réunion proposée par Agora de l'estuaire,
animée par Florence LECOQ (Procureur de la République à Saint-Nazaire) sur le thème:
 

                              " Le Ministère Publique et la Sanction Pénale "


La conférence sera suivie d'un cocktail, et pour ceux qui le désirent, d'un dîner dont le montant est fixé à 25 Euros tout compris.

Nous espérons vous y voir nombreux, et n'hésitez pas à y amener vos amis.
 
L'entrée sera gratuite pour les adhérents et d'un montant de 5 Euros pour les non-adhérents

samedi 14 avril 2012

ERIKA

Le naufrage du 12 décembre 1999 est loin maintenant, mais si l'on en juge aux nombreux articles de presse et à l'activité sur les blogs de toute nature, il reste, ainsi que les dégâts causés, d'une brûlante actualité réveillée par l’annonce d'une décision, non connue à ce jour, de la cour de cassation.
Si l'on en croit ce qu'on lit, la plus haute juridiction civile s'appréterait à mettre à terre le fruit des actions entreprises par municipalités, état et particuliers, en annulant les décisions des juridictions d'un rang plus modeste instaurant un droit écologique (!).
Il est curieux de lire certaines affirmations sous la plume de parlementaires de droite comme de gauche car, enfin, qui fait la loi ou autorise la signature des traités dont la cour de cassation imposera le respect !
La France, et son parlement par les ratifications qu'il autorise, participe à l'élaboration et à l'établissement de nombreuses conventions internationales dans tous domaines ; souvent d'ailleurs, elle en signe, contrairement à bien d'autres états, les protocoles les plus avancés (!?), et découvre ensuite qu'elle s'est ligotée et que son gouvernement ne peut plus mener la politique qu'il affiche sauf à se faire condamner par les instances dont elle accepté qu'elles la jugent.
Le cas des conséquences du naufrage de l'Erika est un peu particulier ; les états développés, autrefois grandes puissances maritimes, peu amènes sur la qualité de la justice du reste du monde où à l'inverse soucieux de voir leurs intérêts en profiter, ont établi par traité la compétence de la justice du pavillon pour tous événements surgissant en dehors de la mince bande des eaux territoriales. Total et les autres auteurs de ce drame  demandent donc l'application de ce droit international par lequel nous avons renoncé à connaitre, en particulier pénalement, de ces faits.
(Notons que Total n'en déduit pas qu'il est irresponsable et qu'il ne doit rien, puisque, en même temps qu'il saisissait la cour, il signait des conventions pérennisant définitivement les indemnités qu'il s’apprêtait à verser aux victimes.)
Depuis trente ans certains secteurs de l'opinion, avec la complicité de magistrats plus ou moins militants, attendent de la justice ce qu'elle ne peut pas donner à moins de se renier : l’évolution  de notre société vers leurs conceptions quand bien même les représentants du peuple et le peuple lui-même n'en veulent pas!
On a vu ce processus frapper, entre autres, le droit du travail ou celui des étrangers. Combiné avec la logorrhée réglementaire de notre administration, ce processus a provoqué une impuissance décisionnelle à tous les niveaux de l'état auquel il faudra bien mettre un terme même si aucun des candidats n'ose aborder la question.

lire : http://www.objectifeco.com/economie/economie-politique/article/michel-de-poncins-l-onu-totalitarisme-ruine-et-ideologie



vendredi 6 avril 2012

Pas de client, pas de travail

Depuis que la nouvelle de l'annulation de la commande 'Viking' est tombée, la recherche de boucs émissaires bât son plein ; nos hommes et femmes politiques tout comme les blogueurs ne sont pas en peine d'en trouver à la veille de ce grand Weekend de Pâques : Pour les uns c'est la faute aux banquiers, d'autres mettent en cause les gréves, etc...
Non messieurs dames, ni les ouvriers, ni leurs syndicats, ni les banquiers* ne sont responsables de l'absence de clients.
Le départ de RCCL ne date pas d'hier, NCL est parti chez Meyer dont les ouvriers semblent mieux payés et plus syndiqués que les nôtres.
Lorsqu'une entreprise ne trouve plus ou perd des clients, c'est que son offre ne satisfait pas le marché qu'elle vise! Son offre est le résultat cumulé des décisions petites et grandes de ses directions successives. Et ce résultat est apprécié par les clients potentiels comme non satisfaisant.
Peut-on retourner cette situation ?
Peut-on refaire des chantiers navals de Saint-Nazaire une entreprise à laquelle les armateurs voudront confier la construction de leurs bateaux ? La direction des chantiers a-t-elle  un projet d'action efficace de nature à recréer la confiance tant à l'intérieur de l'entreprise que chez ses clients ?
(Une commande publique, pétroliers ravitailleurs par exemple, n'est pas une réponse ; tout juste un délai de grâce.)

* La difficulté actuelle de financement par les banques des besoins des entreprises, des collectivités et des particuliers est un grave problème,  qui concerne autant les Chantiers que d'autres qui doivent assurer un crédit fournisseur conditionnant leurs ventes.
Certaines collectivités  comme certaines entreprises franchissent mieux que d'autres ce barrage en fonction de l'opinion que le milieu se fait de leur avenir à partir de leur résultat.
Cqfd !


mardi 3 avril 2012

Philippe Goddin à Saint-Nazaire le vendredi 13 avril

pour une conférence-diaporama qu'il nous présentera à 19 h à Agora 1901 :
 
CONFERENCE-DIAPORAMA
Philippe Goddin : Tintin par dessus l’épaule d’Hergé

Il y aura 150 ans le14 avril, le paquebot La Louisiane inaugurait, depuis Saint-Nazaire, la première ligne transatlantique régulière entre la France et le Nouveau Monde.

Cette date ne pouvait laisser l’association Les 7 Soleils indifférente car c’est l’existence même de la ligne transatlantique vers l'Amérique centrale qui explique la venue de Tintin, Haddock et Milou à Saint-Nazaire. Leur visite est racontée par Hergé dans l'album Les 7 Boules de Cristal.

Il y a vingt ans Les 7 Soleils s’emparait de cette date pour rendre public son projet Tintin à Saint-Nazaire. Pour marquer ces anniversaires, Les 7 Soleils recevra Philippe Goddin le vendredi 13 avril à 19 h pour une conférence diaporama sur le thème : Tintin, par dessus l’épaule d’Hergé.

Biographe d’Hergé, auteur de la monumentale Chronologie d’une oeuvre (7 volumes), Philippe Goddin a été secrétaire général de la Fondation Hergé de 1989 à 1999 et, à ce titre, l’interlocuteur de l’association Les 7 Soleils dans la mise en place du projet Tintin à Saint-Nazaire.

Philippe Goddin représentait la Fondation Hergé lors des inaugurations de la première fresque, en 1995, et des deux suivantes, en 1996, accompagné cette fois par Jean-Pierre Talbot, interprète de Tintin à l’écran.

A cours de sa conférence, Philippe Goddin proposera une incursion dans l’imagination
 et dans les archives d’un créateur qui a inscrit le XXe siècle dans son œuvre. Un parcours qui sera émaillé de révélations sur les origines de ses principaux personnages.

Vendredi 13 avril, 19h, à Agora 1901, maison des association, 2 rue Albert de Mun. Entrée libre.