« Soyez donc résolus à ne plus servir et vous serez libres. » Étienne de la Boétie dans "la servitude volontaire" ou "Contr’Un" 1549.
Sourate 9, verset 29 «Combattez ceux qui ne croient ni en Allah ni au Jour dernier, qui n’interdisent pas ce qu’Allah et Son messager ont interdit et qui ne professent pas la religion de la vérité, parmi ceux qui ont reçu le Livre, jusqu’à ce qu’ils versent la capitation par leurs propres mains, après s’être humiliés»
Sourate 60, verset 4 :"Entre vous et nous, l'inimitié et la haine sont à jamais déclarées jusqu'à ce que vous croyiez en Allah, seul"
3,28 : « Que les croyants ne prennent pas, pour alliés, des infidèles, au lieu de croyants. Quiconque le fait contredit la religion d’Allah, à moins que vous ne cherchiez à vous protéger d’eux » fondement de la taqqya. ou bien Sourate 5, Al-Mâ’idah, La Table servie, verset 51 :« Ô les croyants ! Ne prenez pas pour amis les Juifs et les Chrétiens ; ils sont les amis les uns des autres. Et celui d’entre vous qui les prend pour amis devient un des leurs. Allah ne guide certes pas les gens injustes »
Sourate 47 verset 4 : "Lorsque vous rencontrez (au combat) ceux qui ont mécru frappez-en les cous. Puis, quand vous les avez dominés, enchaînez-les solidement. Ensuite, c'est soit la libération gratuite, soit la rançon, jusqu'à ce que la guerre dépose ses fardeaux. Il en est ainsi, car si Allah voulait, Il se vengerait Lui-même contre eux, mais c'est pour vous éprouver les uns par les autres. Et ceux qui seront tués dans le chemin d'Allah, Il ne rendra jamais vaines leurs actions."
Nul ne peut rester indifférent devant la propagation, sous prétexte religieux, du pire système social ! Si on combat l'esclavage, la soumission des femmes, la peine de mort, les châtiments physiques cruels et mortels, l'interdiction de l'homosexualité, etc. on combat l'islam!

Il ne faut jamais nier à l’ennemi la capacité à être plus intelligent que soi"

"La gauche a toujours, depuis 1793, endossé, sous le couvert de la vertu, les habits de la Terreur." M° Frederic Pichon

lundi 30 décembre 2013

Musulmans et occidentaux : les différences psychologiques !

"L’islam est la religion parfaite pour fournir des justifications à ceux qui se sentent attaqués et pour maintenir le fantasme de l’éternelle « victime ». L’islam est de plus « supérieur » au christianisme puisqu'il fut le dernier à s'approprier les révélations du Sinaï et du Nouveau Testament. Quel parfait réceptacle pour projeter de la haine. L’islam incite à la haine des juifs et au djihad, il les autorise et les encourage. C’est parfait pour une personnalité fragile qui a besoin de haïr et besoin d’avoir un ennemi. Il y a des milliards de personnes qui partagent ces sentiments et ce profil. En tant que religion des laissés pour compte, l’islam est très attirant pour les masses, ce que même Eric Hoffer, l’auteur de True Believer, avait noté en 1951. On ne devrait pas être surpris de voir que ses effectifs vont en augmentant. Si quelqu’un a à se plaindre de quelque chose, l’islam s’en occupera.

Sennels décrit habilement les problèmes essentiels qui font que les musulmans ne peuvent pas s'intégrer à la culture occidentale. Ce qu'il ne dit pas, je vais le dire. Nous sommes en face de rien moins qu'une paranoïa. Sennels insiste sur le fait que l'Occident doit tracer des frontières parce qu'autrement ils vous tueront. Cette sorte de rage est un comportement malveillant limite, comme chez les tueurs en série. Nous devons arriver à comprendre les observations politiquement incorrectes de Sennels pour parvenir à relier entre eux les points relatifs à la criminalité des musulmans, même si c'est dur."


Pour terminer l'année en souriant.

De : "L'Afrique Réelle"

 

C’est Libération dans son édition du 29 décembre 2013 qui nous l’apprend : le conflit qui ensanglante le Soudan du Sud est « plus une rivalité de mafieux qu’un conflit ethnique ». Nous voilà donc renseignés nous qui avions naïvement cru que les nilotiques Dinka massacraient les nilotiques Nuer et que tous faisaient tomber leurs machettes sur les occiputs des nilo-sahariens Murle cependant que les Nuba en voulaient aux Dinka de ne pas les avoir rattachés au Soudan du Sud …

Nous voilà d’autant plus informés que c’est un spécialiste de la question qui l’affirme dans les colonnes d’un quotidien subventionné par nos impôts et qui aurait depuis longtemps disparu des kiosques dans une économie concurrentielle. Ce spécialiste qui a pour nom Marc Lavergne et qui est chercheur au Groupe de recherches et d’études sur la Méditerranée et le Moyen-Orient du CNRS a longtemps vécu au Soudan. Il sait donc de quoi il parle. Comme Jean-Pierre Chrétien, autre éminent membre du CNRS qui, lui, a longtemps vécu au Burundi, et pour qui Tutsi et Hutu sont des fantasmes racialisants inventés par les missionnaires et les colons.  

 

En plus de sa profonde connaissance de la région, Marc Lavergne sait ne pas être prisonnier d’un paradigme. Le 16 juillet 2004, il expliquait ainsi que « le conflit du Darfour n’est pas racial ». Quant aux janjawid qui massacraient les populations, ils n’étaient rien d’autre que des victimes. En effet ces « miliciens sont tout simplement des gens prolétarisés. Ils se retrouvent sans travail, le gouvernement  les arme et leur dit vous pouvez faire ce que vous voulez, voler, piller ».

Si j’avais connu cette explication aussi lumineuse qu’éclairante, je n’aurais pas induit en erreur mes stagiaires de l’Ecole de Guerre auxquels j’ai stupidement tenté d’expliquer la mosaïque ethno-raciale de la région tchado-soudanaise et les raisons de son délitement. Je vais donc immédiatement et rétroactivement baisser la note de ce lieutenant-colonel tchadien qui avait brillamment exposé à ses camarades la question des relations complexes entre les peuples vivant dans toute la région comprise entre le Darfour et l’est du Tchad. 

 

Marc Lavergne a une autre qualité et elle est rare chez un chercheur de sa classe : il sait parler aux enfants. Le 25 septembre 2013, lors de l’émission France info junior, il trouva ainsi les bonnes formules pour expliquer la Somalie à son jeune public avide d’explications.

Question d’un enfant : « est-ce que c’est vrai que les Shebab ont tué un agent secret français ? »

Réponse du chercheur au CNRS: « Ah ben ça j’en sais rien ! y a un agent français qui a été effectivement pris en otage parce que c’est les risques du métier. Il essayait de les espionner, de comprendre ce qu’ils voulaient faire, il s’est fait attraper et puis il est mort entre les mains des gens qui l’avaient pris… »

Les membres de la DGSE qui risquent quotidiennement leur vie pour désamorcer en amont les menaces terroristes pesant sur nos peuples apprécieront…

 

Autre question d’un enfant : « qui sont les pirates somaliens ? »

Réponse du spécialiste du CNRS : « Les pirates c’est aussi des jeunes qui n’ont pas de travail. Autrefois ils étaient pêcheurs et puis maintenant il n’y a plus de poissons dans la mer parce que les bateaux usines japonais qui viennent et attrapent tous les poissons, donc il faut bien qu’ils trouvent une raison et un moyen de vivre et ils attaquent des bateaux ».

Conclusion, les pirates, comme les janjawid, sont pareillement des victimes…

 

Pour être complète, la réponse de l’éminent membre du CNRS aurait mérité de mentionner le réchauffement climatique, le trou dans la couche d’ozone, la responsabilité des moteurs diesel et naturellement et avant toutes choses, le péché colonial.

 

A travers cette petite « taquinade », c’est le naufrage de l’africanisme français qui est mis en évidence. En France, au nom de l’universalisme et de la négation des différences, le réel ethno-racial est soit nié, soit édulcoré. Certes, tout n’est pas ethnique, mais rien ne peut être expliqué sans lui. Les chercheurs du CNRS peuvent s’affranchir de cette évidence. En cas d’erreur d’analyse, il y aura en effet toujours des militaires pour aller les récupérer au milieu d’ethnies dont ils niaient l’existence. Mais si les militaires font un mauvais diagnostique, ce ne seront pas les chercheurs du CNRS qui iront les libérer… C’est pourquoi les seconds sont condamnés au réalisme.

 

Bernard Lugan

29/12/2013

 

Nos démocraties s’enfoncent dans un totalitarisme de moins en moins visible

Extraits de l'article lire ici la totalité

"La seule vraie question, en dernière analyse, est : que pouvons-nous faire ?
Et la réponse n’est finalement pas surprenante : il faut réaffirmer et se réapproprier les principes démocratiques. Ce n’est pas parce qu’ils s’en revendiquent que nos Etats en sont les meilleurs garants, ce n’est pas parce qu’ils le justifient par la défense de nos libertés que les Etats n’en sont pas devenus le principal ennemi.
Il est inutile de lutter contre des Etats qui ont de leur côté cette légitimité, et c’est pourquoi la première chose à faire est de la saper à chaque fois qu’ils dérogent aux principes censés asseoir leur action. Il faut redoubler de pluralisme,
il faut exiger et obtenir la transparence dans la gestion de l’argent public qui n’est jamais que le fruit de notre travail que nous confions à l’Etat (ou qu’il nous prend, peu importe ici) et refuser et obtenir la transparence dans la surveillance, sous toutes ses formes. Il faut que ces sujets soient l’ordre du jour du débat public, et c’est à nous de les y mettre.
Je crains de décevoir en affirmant que je n’ai pas la solution, mais j’espère raviver l’espoir en affirmant que nous l’avons. Nombreux sont ceux qui attendent un homme providentiel qui portera leurs idées, mais mieux vaut partir du principe qu’il ne viendra pas – nous n’avons, de toute façon, pas besoin de lui. Sans chacun d’entre nous, son discours serait d’ailleurs inaudible ; et seul son discours importe, pas l’homme qui le porte."

Hollande, la gauche, une comédie d'enfants de bonnes familles !



dimanche 29 décembre 2013

Les dix principes d’une société libre

Les dix principes d’une société libre selon Ron Paul :
  1. Les droits appartiennent aux individus, pas à des groupes ; ils découlent de notre nature et ne peuvent être ni accordés ni supprimés par le gouvernement.
  2. Toutes les associations pacifiques et volontaires de nature économique ou sociale sont autorisées ; le consentement est la base de l’ordre économique et social.
  3. Tout bien justement acquis est la propriété privée d’individus ou de groupes volontairement constitués, et cette propriété ne peut être arbitrairement supprimée par les gouvernements.
  4. Le gouvernement ne peut redistribuer les avoirs privés ni consentir des privilèges particuliers à tout individu ou groupe.
  5. Les individus sont responsables de leurs actes ; le gouvernement ne peut et ne doit pas nous protéger de nous-mêmes.
  6. Le gouvernement ne doit pas s’arroger de monopole sur l’argent d’un peuple et il ne doit jamais s’adonner à la fausse monnaie, même au nom de la stabilité macroéconomique.
  7. Les guerres d’agression, même si elles sont qualifiées de préventives, et même si elles ne concernent que des relations commerciales, sont interdites.
  8. Le pouvoir législatif du jury, c’est à dire le droit des jurés de juger la loi aussi bien que les faits, est un droit du peuple et la norme des tribunaux.
  9. Toutes formes de servitude involontaire sont interdites, pas seulement l’esclavage mais aussi la conscription, l’association forcée et la distribution imposée de subsides.
  10. Le gouvernement doit respecter la loi qu’il demande aux autres de respecter et par  conséquent il ne doit jamais faire usage de la force pour inciter à des comportements, manipuler des arrangements sociaux, gérer l’économie, ou dire à d’autres pays comment ils devraient se comporter.
voir ici

samedi 28 décembre 2013

jeudi 26 décembre 2013

Une société libre peut être vaincue et soumise

La majorité des musulmans en Europe pense que la loi islamique de la charia devrait avoir la préséance sur les constitutions et les lois laïques de leurs pays d’accueil. Selon une nouvelle étude, le fondamentalisme islamique progresse très rapidement en Europe occidentale.
Une enquête comparative d’intégration des immigrants turcs et marocains, effectuée dans six pays occidentaux – Autriche, Belgique, France, Allemagne, Pay-Bas et Suède -a été publiée le 11 décembre dernier par le WZB Berlin Social Science Center, l’un des plus grands instituts européen de recherches en sciences sociales.

La suite ici

mercredi 25 décembre 2013

Noël



"La Fête de Noël recèle une richesse sémantique incomparable. Il faut ressentir de la compassion pour ceux qui veulent en taire le nom ou en voiler les symboles parce qu’ils seraient attentatoires à la très sainte laïcité, et exprimeraient la domination de la religion chrétienne à l’encontre des autres croyances. Fête de l’hiver ? Oui, comme le soulignent dans l’imagerie enfantine et commerciale, le Bonhomme et son traîneau, mais surtout Fête du solstice d’hiver qui marquait, autour du sapin en feu, pour les païens la renaissance des jours dans nos contrées septentrionales. Mais le Noël chrétien célèbre la naissance... "

Remarquable article de C. Vanneste


mardi 24 décembre 2013

Minuit chrétiens

Chantait par une femme comme à l'origine de ce chant de Noël
J'adore ce chant composé en 1843 ou 1847, que ma mère, mes tantes, mes grands mères et même les hommes reprenaient en chœur à Noël dans les années 50 ; ils l’avaient considéré de plus comme un chant patriotique entre 40 et 44 à cause de "Peuple, à genoux attends ta délivrance" faut dire qu'ils déplaçaient la virgule après "à genoux" ? Son auteur, Placide Cappeau, était socialiste, républicain et anticlérical; ce chant fût appelé la marseillaise religieuse ou chrétienne. Dans l'est du Velay d’où je viens, catholiques et calvinistes pouvaient le chanter ce qui n'était pas le cas de toutes les chansons de Noël. Joyeux Noël à tous ceux que tu aimes, lecteur égaré sur mon blog!







dimanche 22 décembre 2013

N'ayons pas peur de nous-mêmes


" l’impuissance et l’irresponsabilité de ceux que nous avons choisis pour nous diriger"
" Il faut se libérer d’une technocratie et d’une monnaie européennes qui nous clouent au sol. Il faut se délivrer de la dictature hypocrite des verts dont la séduction a touché un certain nombre de carriéristes de la politique "
" Le moteur d’une société saine, c’est au contraire la confiance, celle qui incite à créer des familles, des entreprises, à prendre des risques calculés, et à regarder l’avenir et les enfants qui vont y vivre avec la force d’un passé dont on doit être fier. N’ayons plus peur, et surtout pas d’être nous-mêmes."

Extraits du post de Christian Vanneste ici 

samedi 21 décembre 2013

Joyeux Noël


Conseil du 20 12 13 suite 2

Venait ensuite le gros morceau, en théorie, de la soirée, le débat d’orientation budgétaire , marqué dans la pratique par le fait qu'il n'y a pas vraiment débat ni orientations si ce n'est : "on continue."
En dehors de votre serviteur, seul Josette Emonides fit une vrai intervention pour l'opposition, Mafalda dite Nathalie Bruneau nous lût du Victor Hugo. Mon commentaire bref :



"Délibération  4 - le DOB 2014
Le document que vous nous présentez n'est en rien un document d'orientation budgétaire mais une description de l'environnement et de la situation réglementaire, fiscal et économique de notre commune.

Cette description est précise, toujours intéressante, mais affiche un optimisme beaucoup trop marqué: vous ne tirez pas les conclusions de votre propre démonstration; notre commune  et au-delà  l'intercommunalité  seront confrontés dès 2014 à une évolution négative de leurs recettes qui ira en s'aggravant dans les années prochaines. Mais cette certitude ne vous amène pas à nous proposer de nouvelles orientations budgétaires, tout au contraire.

En matière d'investissement, on continue le plan débuté en 2009 jusqu'en 2015; Rien n'est différé ou étalé!

Pour le fonctionnement, c'est pire car la peillonade aggrave la situation. Vous affirmez maîtriser la gestion  mais c'est un doux ronron trompeur car vous n'entreprenez aucune action de nature à baisser les dépenses alors que la baisse des recettes est certaine et  que le poids des fiscalités interdit même de rêver l'augmentation de l'impôt sur les ménages.

Sans aller jusqu'à annoncer une révision des politiques publics, vous auriez pu entamer un réexamen des subventions et soutiens de tout type. Il n'en est rien : la distribution clientéliste aux frais du contribuable continue plus que jamais comme le démontrait,  il y a un instant, la délibération n°2.

Nous entreprendrons dès le mois d'avril une politique de redressement où un euro dépensé sera un euro vraiment utile pour nos habitants! Le prochain mandat sera budgétairement  très difficile, c'est pour ça  que vous nous le laissez d'ailleurs!"
Batteux pour toute réponse tenta d'établir un parallèle avec des propositions de la liste FN à Saint-Nazaire! Je l'interrompis en déclarant :" M. le Maire, c'est seulement la présence d'une liste du front national qui peut donner la victoire à vos successeurs (i.e du même camp)" Cela le fit taire.
Nos votes et nos explications de vote sur les autres délibérations ne méritent pas de commentaires sauf en ce qui concerne la délibération n° 27 par laquelle le conseil municipal fermait une crèche familial le samedi. Je déclarais que l'existence de ce type de délibération était la preuve même que la collectivité n'était pas le gestionnaire adaptée à cette prestation de service : que c'était à la direction du service de modifier au jour le jour en fonction des besoins exprimées par les utilisateurs les horaires de garderie et qu'il était aberrant de venir solliciter le feu vert, avec les délais ad-hoc, des élus pour ce faire! Naturellement cela souleva une bronca chez certains de nos collègues socialistes qui croient que la démocratie consistent à faire décider de tout par la majorité de l'assemblée.



conseil du 20 12 13 suite 1

L'examen de l'ordre du jour commençait par un subventionnement clientéliste, celui de "l'élitiste" revue place publique : 30 000 euros ; j'intervins pour faire remarquer que le contribuable a en avait marre que l'on distribue de l'argent aux copains; Curieusement Batteux fit un développement sur la récente garde à vue de Guéant : en quelque sorte puisque M. Guéant aurait distribué des fonds publics, il pouvait le faire aussi, stupéfiant, non?!

La Délibération 3  portait sur Prise de participation de la SEM SONADEV dans une structure de portage immobilier avec STX qui nécessitait notre autorisation en tant qu'actionnaire de la Saem; cela amena de ma part les observations suivantes :


"Où est le Business plan ? C’est-à-dire le document qui décrit justement l'opération et surtout ses perspectives et conditions de réussite. Vous comprenez que lorsqu'on nous décrit un investissement de 18 M€ mais que son financement est présenté pour 14.5 seulement (12 M€ banques, 1.5 STX, 1 SEM des collectivités) on soit suspicieux. Y-a-t-il  un Pacte d'actionnaire ? C'est important pour savoir si nous serons solidaires de l'endettement.  L'endettement du stade du Mans pèse aujourd'hui uniquement sur les collectivités, le cocontractant privé ayant disparu!
STX bénéficiaire  en 2012 et 2011 a retrouvé un report à nouveau positif de près de 1,5 M€ fin 2012.
Son CA, environ  750M€ est supérieur de 3 fois au Budgets cumulés de la Carene et de la ville; Les prêts qu'elle a consenti représentant 50M€  dont 18 viennent théoriquement de lui être remboursés par son actionnaire principal! Nous ne jouons pas dans la même cour et elle n'a pas besoin, économiquement,  de nous.
Une société doit vivre de son marché ; pas de subventions déguisés en apport de fonds … perdus Tout capital apporté par les collectivités est d'une manière ou l'autre prélever sur les entreprises et la classe moyenne ; si  impôts sont  impossibles à augmenter  il y a  réduction des prestations !
Pour habiller Pierre on déshabille Paul. Demain  participera-t-on  à  la construction des halls de montage chez Airbus, puis chez Acmat Renault défense et pourquoi pas à la Famat aussi ! Et  on nous parlera d'ultralibéralisme?!  La viabilisation et l'existence des zones industrielles  sont notre devoir mais  la prise de risque industrielle est contre notre nature! On va prélever de l'argent sur la construction des avions, camions etc. pour faire un bâtiment nécessaire à la construction des sous-stations des moulins à vent pour le cas où les chantiers auraient des commandes mais c'est à l'entreprise de prendre des risques pas à la collectivité qui n'y connaît rien. Cette délibération montre encore une fois avec quelle légèreté vous utilisez l'argent des contribuables!
Si STX veut se placer sur le fugace marché des moulins à vent et s'il lui manque des capitaux propres, elle peut les chercher ailleurs ; si ce projet est solide, ou tout simplement envisageable sans trop d'aléas, son personnel d'encadrement accepterait certainement  de verser  un apport modeste (pour 400 cadres c'est 2500 € chacun, soit rien du tout à leur niveau de salaire annuel). On verrait bien alors si les cadres croient en l'avenir de la boite et de cette  politique de diversion (j'ai bien dit diversion et non diversification)
Qu'on n'ose pas nous parler de création d'emplois  dans cette délibération  est révélateur ;  la sous station terminée c'est d'abord Mecasoud et ses soustraitants  polonais ou autres qui l'ont réalisés comme la poutre du TGP.
Il s'agit donc d'une délibération  insuffisamment instruite, dangereuse  pour les collectivités actionnaires de la SEM  car ce n'est pas les 250 000 euros de la Sonadev qui sont le problème mais notre engagement dans un rôle qui n'est pas le nôtre et le risque de garantie des  emprunts. Nous voterons  contre!"
Je terminais en m'étonnant de la nervosité et de la susceptibilité de plus en plus grande du maire et de certains de ces proches.