« Soyez donc résolus à ne plus servir et vous serez libres. » Étienne de la Boétie dans "la servitude volontaire" ou "Contr’Un" 1549.
Sourate 9, verset 29 «Combattez ceux qui ne croient ni en Allah ni au Jour dernier, qui n’interdisent pas ce qu’Allah et Son messager ont interdit et qui ne professent pas la religion de la vérité, parmi ceux qui ont reçu le Livre, jusqu’à ce qu’ils versent la capitation par leurs propres mains, après s’être humiliés»
Sourate 60, verset 4 :"Entre vous et nous, l'inimitié et la haine sont à jamais déclarées jusqu'à ce que vous croyiez en Allah, seul"
3,28 : « Que les croyants ne prennent pas, pour alliés, des infidèles, au lieu de croyants. Quiconque le fait contredit la religion d’Allah, à moins que vous ne cherchiez à vous protéger d’eux » fondement de la taqqya. ou bien Sourate 5, Al-Mâ’idah, La Table servie, verset 51 :« Ô les croyants ! Ne prenez pas pour amis les Juifs et les Chrétiens ; ils sont les amis les uns des autres. Et celui d’entre vous qui les prend pour amis devient un des leurs. Allah ne guide certes pas les gens injustes »
Sourate 47 verset 4 : "Lorsque vous rencontrez (au combat) ceux qui ont mécru frappez-en les cous. Puis, quand vous les avez dominés, enchaînez-les solidement. Ensuite, c'est soit la libération gratuite, soit la rançon, jusqu'à ce que la guerre dépose ses fardeaux. Il en est ainsi, car si Allah voulait, Il se vengerait Lui-même contre eux, mais c'est pour vous éprouver les uns par les autres. Et ceux qui seront tués dans le chemin d'Allah, Il ne rendra jamais vaines leurs actions."
Nul ne peut rester indifférent devant la propagation, sous prétexte religieux, du pire système social ! Si on combat l'esclavage, la soumission des femmes, la peine de mort, les châtiments physiques cruels et mortels, l'interdiction de l'homosexualité, etc. on combat l'islam!

Il ne faut jamais nier à l’ennemi la capacité à être plus intelligent que soi"

vendredi 30 août 2013

Syrie, une guerre pour le Gaz !

Ou comment amener en Europe le gaz Qatari, empêcher l'Iranien et concurrencer le russe : les vrais raisons d'une guerre qui ne tient en rien à la morale mais tout à la domination americano-wahabitte des ressources en hydrocarbures et à une vieille peur des russes!
Lire ici

Hollande sera-t-il le Pierre Laval (1935) du 21° siécle ?

 Un article de Gérard LAFAY , Professeur émérite à l’Université Panthéon-Assas Paris II, invite à se poser la question lorsqu'on examine la politique suivie mais propose des axes d'action que le gouvernement actuel ne suivra certainement pas :

" sept facteurs permettent d’expliquer la montée continue en France, depuis quarante ans, de la part des dépenses publiques dans le PIB :
- l’accumulation incessante de lois et de règlements, aggravée par les directives européennes, exigeant une bureaucratie pléthorique afin de les appliquer ;
- l’entrée massive d’immigrés, de moins en moins assimilés, attirés par notre modèle social généreux qui, de ce fait, est devenu de plus en plus coûteux ;
- la diminution du poids relatif des actifs dans l’ensemble de  la population, due d’abord à un allongement de la durée de vie, combiné avec l’avancement indu de l’âge de la retraite, la montée du chômage et des préretraites ;
-la superposition des échelons de l’administration territoriale, entraînant des chevauchements de compétences et une gestion clientéliste ;
- l’inadaptation de notre fiscalité, décourageant l’esprit d’initiative et faisant porter les cotisations sociales sur le travail, ce qui pénalise la production nationale ;
- la dégradation de notre système éducatif, affaiblissant la qualité de notre main d’œuvre tout en s’avérant d’un coût prohibitif ;
- la charge croissante de la dette publique, versée à la finance internationale, alors que jusqu’en 1973 les déficits étaient couverts par la Banque de France.

Ces sept facteurs indiquent les axes de réformes structurelles douloureuses"

mercredi 21 août 2013

Lettre de Ludovic Le Merrer aux adhérents et sympathisants de l'UMP nazairienne



Saint-Nazaire,  le 19 aout 2013

Madame, monsieur

En cette fin de période estivale, je tenais à profiter de l'accalmie politique pour réaliser un point d’étape sur la démarche d’alliance en cours à Saint-Nazaire dans le cadre des municipales de 2014 et vous annoncer ce qui se passera à la rentrée.

Depuis près d’un an maintenant, les responsables des sections locales du MoDem, de l’UDI et de l’UMP ont œuvré activement pour définir les bases d’une liste d’alliance pouvant concurrencer avec force la majorité municipale sortante. Il m’a été proposé d’élaborer une stratégie visant à gagner les municipales de 2014. Après obtention d’un accord des responsables locaux sur la mise en œuvre de la stratégie proposée, j’ai tout naturellement appliqué cette dernière.

Plusieurs mois auront été nécessaires pour définir un socle de valeurs communes sur lequel faire reposer notre action collective. . Le cercle « DésirS de Ville » a été constitué dans ce but au cours du premier trimestre de cette année avec une double ambition :
- Se regrouper et Travailler ensemble sans clivage ;
- Définir un projet de campagne ambitieux et réaliste.
Comme vous le savez depuis juillet, l’UMP national m’a officiellement investi pour conduire une liste d’ouverture aux prochaines municipales à Saint-Nazaire. Les investitures de l’UDI national et du MoDem national interviendront à la rentrée.
J’ai souhaité me présenter à la rentrée aux sympathisants et adhérents de l’UMP.
Cette réunion, prévue pour le mercredi 18 septembre à 20 dans la salle 4 du bâtiment d'Agora 1901, rue Albert de Mun,  me permettra de vous exposer notre démarche et d’y associer ceux qui ne le sont pas encore.

La confiance que m’accorde votre mouvement  politique constitue un grand honneur et un gage de réussite et de sérieux dans notre projet de liste d’ouverture.
Conscient de l’enjeu que représente cette élection pour nous tous, je tenais à vous affirmer ma très ferme volonté de viser la victoire. Pour ce faire, j’ai défini une stratégie claire : l’ouverture sans clivage. 
Une liste de socio-professionnels compétents, dynamiques, représentatifs de la population, ambitieux et imaginatifs, soutenue par des partis politiques et non une liste de partis.
Pour gagner, j’ai besoin de vous tous et compte sur votre sens aigu de la démocratie pour m’aider à finaliser, à la rentrée, notre projet électoral et constituer la nouvelle force vive qui demain gouvernera et dynamisera Saint-Nazaire.

Toutes voiles dehors, nous mènerons Saint-Nazaire à bon port.

Ludovic Le Merrer

dimanche 18 août 2013

L’Egypte peut-elle devenir une nouvelle Syrie ?

De : "L'Afrique Réelle"
"Entre le « cancer islamiste » -lire les Frères musulmans-, et « l’apostasie militaire », -lire le général  Abdel Fattah al-Sissi-, l’Egypte se dirige-t-elle vers une guerre civile dont les conséquences seraient telluriques pour toute la sous région ?"
lire l’intégralité de l'article ici

Extraits :
"Comme je l’ai déjà écrit lors de précédentes analyses, en Égypte, depuis le début du processus révolutionnaire, l’armée est constamment demeurée maîtresse du jeu politique. Elle a laissé la rue évincer le président Moubarak, ce qui lui a permis de remplacer une génération militaire usée par une plus jeune. Puis elle a profité de l’échec politique et économique des Frères musulmans pour recueillir le pouvoir tout en affirmant haut et fort qu’elle souhaitait mettre en place  une transition civile.

Après avoir attendu 80 ans pour enfin accéder au pouvoir, les Frères musulmans l’ont perdu en raison de leur arrogance, oubliant que le 24 mai 2012, lors du premier tour des élections présidentielles, Mohamed Morsi n’avait recueilli que 24,8% des suffrages, quasiment à égalité avec le général Ahmed Chafik ex-Premier ministre de Moubarak (23,7%). Au second tour, Mohamed Morsi qui avait réussi à rallier nombre de modérés l’emporta de justesse, avec un petit score de 51,7%. Face à lui, le général Chafik avait rassemblé sur sa candidature 48% d’électeurs résolument hostiles aux Frères musulmans.  
De plus, ces derniers ne voulurent pas voir qu’entre les législatives du mois de novembre-décembre 2011 et les présidentielles de mai-juin 2012, ils  avaient perdu 50% de leurs suffrages, passant de 10 à 5,7 millions de voix, les « modérés » un moment abusés par leurs promesses s’étant en effet détournés d’eux.

Enfermés dans leurs certitudes et soutenus par les Etats-Unis et le Qatar, ils voulurent malgré tout faire passer en force une Constitution islamiste. Pour y parvenir, le 22 novembre 2012, le président Morsi fit un coup d’Etat en signant un décret l’autorisant à prendre les pleins pouvoirs. Des manifestations énormes se produisirent alors et les Frères musulmans qui ne s’attendaient pas à une telle réaction populaire virent leurs locaux pris d’assaut par la foule et incendiés.
Le 7 décembre 2012, dans un communiqué particulièrement clair, l’armée égyptienne mit en garde le président Morsi, soulignant que les pleins pouvoirs qu’il venait de s’octroyer afin de faire adopter en force une Constitution théocratique, allaient faire emprunter à l’Egypte « un sentier obscur qui déboucherait sur un désastre, ce que nous (l’armée) ne saurions permettre ».
La tension atteignit son paroxysme le 30 juin quand plusieurs millions d’Egyptiens descendirent dans la rue pour exiger la démission du président Morsi. C’est dans ce contexte qu’un coup d’Etat militaire eut lieu le 3 juillet.

En réaction, les partisans du président déchu occupèrent deux grandes places du Caire. La période étant celle du ramadan, l’armée laissa faire.
Le 26 juillet se déroula une immense manifestation destinée à donner à l’armée « mandat pour combattre le terrorisme » et pour déloger les partisans du président Morsi qui occupaient l’espace public en terrorisant le voisinage.
L’armée programma alors une intervention graduée mais le 13 août, de très violents affrontements opposèrent pro et anti Morsi. L’exaspération de la majorité des Egyptiens était en effet telle que des milices civiles anti-islamistes commençaient à attaquer les rassemblements pro Morsi. Il fallait donc agir rapidement afin d’éviter une guerre civile.

Le mercredi 14 août, près avoir plusieurs fois sommé les  occupants des places Rabaa al-Adawiya et Nahda de se disperser, la police, soutenue par l’armée intervint avec « vigueur ». Certains occupants n’hésitèrent pas à ouvrir le feu sur les forces de l’ordre qui eurent à déplorer plusieurs morts et blessés ; sans commune mesure toutefois avec les 600 morts  et  les 3000 blessés relevés parmi les  islamistes. Des incidents éclatèrent également dans les principales villes de province.

L’Egypte étant aujourd’hui au bord de la guerre civile, existe t-il un risque d’évolution vers une situation de type algérien ou syrien ?
Il faut bien avoir à l’esprit que quatre grandes différences existent entre ces trois pays :
 ..................."
 
Pour une étude à la fois globale et détaillée du printemps arabe en Afrique du Nord, je conseille la lecture de mon nouveau livre « Printemps arabe. Histoire d’une tragique illusion (Egypte, Libye, Tunisie, Algérie, Maroc, 2010-2013). Ce livre édité par l’Afrique réelle n’est pas en vente dans le commerce. Le  bon de commande figure sur le blog l'Afrique réelle .

Bernard Lugan
17/08/2013

vendredi 16 août 2013

Energies renouvelables, le pic a 2 siécles

À l’échelle mondiale, la part d’énergie renouvelable a décliné depuis deux siècles, et est restée stable à environ 13% ces 40 dernières années.
Lire ici

jeudi 15 août 2013

Le probleme de l'islamophobie en France



"La civilisation occidentale et la civilisation musulmane sont deux civilisations très différentes : ce sont deux grandes civilisations et il existe entre elles de très profondes différences, pour ce qui est des traits distinctifs, des valeurs, des façons de vivre ensemble, des croyances, des manières de voir le monde, etc..   Que se passe-t-il donc dans cette rencontre à présent des deux civilisations en Europe? Fatalement des réflexes tout naturels chez les uns et chez les autres à vouloir conserver chacun son identité et sa personnalité. Les musulmans installés en Europe, très légitimement, ne renoncent pas à leur identité, et les pays d’accueil se conformant en cela aux exigences de la Convention européenne des droits de l’homme le leur permettent : et les citoyens des pays qui les reçoivent revendiquent, eux aussi, le droit de conserver la  leur, ainsi que leurs valeurs et leur mode de vie…
Comment donc faire pour que les communautés musulmanes installées à présent en France s’intègrent harmonieusement dans notre société ? L’islamophobie, pour cela, doit disparaître: mais c’ est un réflexe de défense, réflexe que l’on peut déplorer bien sûr pour des motifs philosophiques,  de la part de personnes qui ont dans leur inconscient collectif  un patrimoine représentatif qui fait obstacle à l’arrivée de musulmans sur les territoires de la vielle Europe, l’Europe qui est la mère de la civilisation occidentale.  Demander aux uns et aux autres de surmonter ce qui existe dans leur inconscient est très difficile : l’inconscient collectif, concept inventé par Yung, est comme une connexion invisible qui relie les individus…
Tout va dépendre donc des dispositions qu’auront les musulmans français pour adopter un islam réformé, c’est à dire un islam tolérant ayant abandonné, de surcroît, bon nombre des pratiques cultuelles qui choquent les populations autochtones. Cette mutation doit être l’œuvre du CFCM, mais celui-ci au lieu de s’atteler à la tâche consistant à faire naître un islam de France comme c’était le vœu de Nicolas Sarkozy lorsqu’il créa cet organisme ne cesse de militer pour imposer en France l’islam traditionnel, déviant donc totalement de sa mission initiale."

lundi 12 août 2013

L’école du dressage

Un texte passionnant dont la première partie rappellera à beaucoup des concepts souvent rencontrés dans les administrations et entreprises de notre pays ; A lire ici

"un rappel à la règle  : tous ceux qui s’opposent à la croyance commune se voyant excommuniés, mieux vaut avoir tort avec les autres, que raison tout seul."

dimanche 11 août 2013

Un réchauffement moins dramatique n'est pas bien reçu

Extraits de Communiqué et diverses déclarations de Lennart Bengtsson fondateur du Giec  article complet à lire ici 

"Quoiqu'il en soit, les données de l'observation sont claires et le réchauffement climatique progresse beaucoup plus lentement qu'on ne l'avait généralement prévu.
Au lieu d'être reconnaissants pour ce résultat réconfortant, les réactions vont plutôt dans le sens opposé. Dans l'ambiance pratiquement hystérique de l'exagération climatique actuelle, l'annonce d'un réchauffement moins dramatique n'est pas bien reçue parce que tous les membres politiquement corrects du public préféreraient cacher ce fait en suivant la maxime populaire selon laquelle la fin justifie les moyens. Du point de vue du mouvement vert tous les efforts politiques, même les plus extrêmes, doivent être accomplis parce qu'ils souhaitent abandonner les énergies fossiles tout autant que l'énergie nucléaire et ceci à un moment où la population mondiale est en augmentation et où le manque d'une énergie convenable constitue un obstacle majeur pour améliorer le niveau de vie.."
Nous ne savons pas encore comment résoudre au mieux les problèmes d'énergie sur la Terre mais beaucoup de choses peuvent se produire dans les 100 prochaines années. Une sensibilité climatique réduite qui est conforme aux observations, combinée avec une transition du charbon vers le gaz naturel, fournira au monde un délai d'une cinquantaine d'années environ mais pas beaucoup plus. Ceci rendra possible d'éviter des investissements très coûteux et inutiles, financés avec l'aide de l'état et mis en place par les fantasmes des politiciens et par l'espoir de gagner de l'argent rapidement et, au contraire, ceci nous permettra de mobiliser les moyens disponibles dans des programmes bien réfléchis de recherche à long terme sur l'énergie. " 

"En bref et en conclusion :
Les deux climatologues...cités qui ont joué, tous deux, un rôle pivot dans la définition de la science climatique telle que nous la connaissons aujourd'hui, bénéficient d'une telle assise scientifique qu'ils ont le loisir de s'exprimer avec une certaine franchise. Si leurs convictions initiales ne sont pas entamées, du moins se posent-ils de graves questions et envisagent-ils, tous deux, que les modèles pourraient être sérieusement remis en cause. Ce qui n'est certes pas le discours officiel que l'on peut retrouver dans les médias francophones, où le doute n'a pas sa place et est considéré comme une hérésie."

samedi 10 août 2013

Rejet de l'Islam ?!

extraits d'un article à lire ici sur Atlantico :
"Ce qui apparait comme un rejet de l’islam est surtout un rejet de ce qui s’affirme de plus en plus comme la volonté d’une minorité religieuse d’imposer aux autres, à la société, une nouvelle forme de lien social fondé sur une séparation selon la religion. La priorité donnée aux différences religieuses et culturelles sur la reconnaissance du bien commun, de l’appartenance  à une même société, est perçue comme un danger, et malheureusement, la montée des revendications communautaires à caractère religieux n’est pas une vue de l’esprit qui alimenterait cette perception des Français. "

"Guylain Chevrier : Il est vrai qu’il est bien difficile de s’exprimer publiquement sur le sujet épineux de la place du religieux dans notre société, des problèmes que peut poser l’islam au regard d’un processus d’intégration qui se dégrade à la mesure des affirmations communautaires, sans se voir immédiatement accusé de stigmatisation."
Ce qui apparait comme un rejet de l’islam est surtout un rejet de ce qui s’affirme de plus en plus comme la volonté d’une minorité religieuse d’imposer aux autres, à la société, une nouvelle forme de lien social fondé sur une séparation selon la religion. La priorité donnée aux différences religieuses et culturelles sur la reconnaissance du bien commun, de l’appartenance à une même société, est perçue comme un danger, et malheureusement, la montée des revendications communautaires à caractère religieux n’est pas une vue de l’esprit qui alimenterait cette perception des Français.
Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/toutes-ces-choses-que-on-ose-pas-dire-voile-et-qui-nourrissent-rejet-massif-francais-egard-guylain-chevrier-jerome-fourquet-clau-811209.html#7WkdJohTIDzABUp4.99
Ce qui apparait comme un rejet de l’islam est surtout un rejet de ce qui s’affirme de plus en plus comme la volonté d’une minorité religieuse d’imposer aux autres, à la société, une nouvelle forme de lien social fondé sur une séparation selon la religion. La priorité donnée aux différences religieuses et culturelles sur la reconnaissance du bien commun, de l’appartenance à une même société, est perçue comme un danger, et malheureusement, la montée des revendications communautaires à caractère religieux n’est pas une vue de l’esprit qui alimenterait cette perception des Français.
Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/toutes-ces-choses-que-on-ose-pas-dire-voile-et-qui-nourrissent-rejet-massif-francais-egard-guylain-chevrier-jerome-fourquet-clau-811209.html#7WkdJohTIDzABUp4.99
Ce qui apparait comme un rejet de l’islam est surtout un rejet de ce qui s’affirme de plus en plus comme la volonté d’une minorité religieuse d’imposer aux autres, à la société, une nouvelle forme de lien social fondé sur une séparation selon la religion. La priorité donnée aux différences religieuses et culturelles sur la reconnaissance du bien commun, de l’appartenance à une même société, est perçue comme un danger, et malheureusement, la montée des revendications communautaires à caractère religieux n’est pas une vue de l’esprit qui alimenterait cette perception des Français.
Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/toutes-ces-choses-que-on-ose-pas-dire-voile-et-qui-nourrissent-rejet-massif-francais-egard-guylain-chevrier-jerome-fourquet-clau-811209.html#7WkdJohTIDzABUp4.99

vendredi 9 août 2013

Les OGM ou l'obscurantisme français

"le combat contre les OGM relève de la barbarie et de l’obscurantisme. Il nous rend ridicules dans les autres pays civilisés. Il a fait perdre beaucoup de temps à nos meilleurs chercheurs, dont certains ont préféré partir à l’étranger. Il diminue la compétitivité de notre agriculture et il a fait prendre un retard peut-être irréversible aux semenciers français qui comptaient pourtant parmi les meilleurs du monde."

l'intégralité de l'article ici

dimanche 4 août 2013

Bruno Julliard-Landau renvoyé devant le Tribunal correctionnel



Bernard Lugan porte à la connaissance de ses lecteurs qu’à la suite de sa plainte déposée le 1er mars 2012, une information judiciaire fut ouverte le 13 avril 2012, aboutissant le 17 décembre 2012 à la mise en examen de M. Bruno Julliard-Landau, adjoint au maire de Paris et secrétaire à l’éducation du parti socialiste.
Par une ordonnance de renvoi  signée le 3 juillet 2013  par Madame Aïda Traoré, Vice-président chargé de l’instruction au Tribunal de grande instance de Paris, M. Bruno Julliard-Landau a ensuite été renvoyé devant le Tribunal correctionnel pour avoir « porté atteinte  à l’Honneur ou à la Considération de Bernard Lugan ».

Extrait de l’ordonnance de renvoi :

« Qualifications :-d’avoir à Paris, le 21 décembre 2011 tenu les propos suivants sur la chaîne Canal Plus, dans l’émission Happy Hour de M. Thierry Ardisson (et parlé) en ces termes de Bernard Lugan : « …oui, en fait c’est un africaniste de Lyon III et qui est raciste, antisémite, colonialiste, mais nous n’avons pas pu prouver qu’il était négationniste » et ainsi porté des allégations ou imputations d’un fait portant atteinte à l’honneur ou à la considération de M.Bernard Lugan, délit prévu et réprimé par les articles 23 alinéa 1, 29 alinéas 2,42,43,44 ,46,47 et 48-6 de la Loi du 29 juillet 1881 (…) ».

Est également renvoyé devant le tribunal correctionnel, M. Rodolphe Belmer en sa qualité de directeur de publication de la chaîne Canal Plus.

Pour mémoire, le  30 juin 2004, la Cour d’Appel de Lyon a condamné le même Bruno Julliard-Landau à payer à Bernard Lugan la somme de 4200 euros à titre d’amende, plus les frais de justice, pour l’avoir accusé de « négationnisme ».
Lors de la même émission  du 21 décembre 2011 sur Canal Plus, M. Bruno Julliard-Landau a déclaré qu’il considérait cette condamnation en date du 30 juin 2004 « comme un honneur ».

Un haut responsable du parti socialiste, adjoint au maire de Paris et promis à de hautes responsabilités, insulte donc l’institution judiciaire… Nous voilà loin de la « République irréprochable » chère à François Hollande…